suivez le tour du monde d'un marseillais

Ecrit le 4 avril 2010 par Dom'

carte Vietnam

carte Vietnam

source Lonely Planet

Introduction

Le Vietnam n’est pas seulement ce pays naguère déchiré et bombardé que plusieurs guerres successives ont rendu tristement célèbre : il possède par ailleurs une civilisation unique et riche, des paysages et sites naturels spectaculaires, et un peuple particulièrement cultivé et hospitalier. L’isolement dans lequel il s’est trouvé après la réunification de 1975 a fait place à l’ouverture, et il vit désormais en paix. Encore relativement peu fréquenté malgré ses richesses, ce pays aux deux deltas, aux rizières scintillantes, au charme et à la beauté légendaires dégage un parfum d’authenticité : l’occasion ou jamais de partir à sa découverte.

Destination

Intitulé officiel du pays : République socialiste du Viêt-nam
Capitale : Hanoi
Superficie : 329 560 km²
Population : 87 millions d’habitants
Peuples et ethnies : 86,2% de Vietnamiens, et une soixantaine de groupes ethnolinguistiques, dont les principaux représentent, sur la population totale du pays : 1,9% de Tays, 1,7% de Thaïs, 1,5% de Muongs, 1,4% de Chams, 1,1% de Hmongs, 1,1% de Nungs, 1,1% de Dzaos. Parmi les 4,1% restants, figurent les autres minorités, ainsi que les Chinois (2% de la population).
Langues : vietnamien, chinois, dialectes des ethnies montagnardes. Une frange de la population pratique encore le français, et l’usage de l’anglais est devenu courant en matière commerciale.
Religions : 80,8% d’athées, 9,3% de bouddhistes, 6,7% de catholiques, 1,5% de Hoa Hao, 1,1% de caodaistes, 0,5% de protestants et 0,1% de musulmans. Le confucianisme jouit d’une large pratique associée à celle des autres cultes.
Institutions politiques : communiste, parti unique (Parti Communiste Vietnamien, PCV)
Président : Nguyễn Minh Triết
Premier ministre : Nguyễn Tấn Dũng

Economie

PIB : 241,8 milliards de $US
PIB/Hab : 2 800 $US
Croissance annuelle: 6,2%
Principales activités : agriculture (riz, pêche), pétrole, charbon, industrie (électricité, aciérie), tourisme.
Principaux partenaires : Japon, Singapour, Corée du Sud, Chine, Union européenne, dont France et Allemagne, États-Unis

Quand partir ?

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise saison pour visiter le Vietnam : quand une région est humide ou suffocante, une autre présente un climat ensoleillé et agréablement tempéré.

La mousson d’hiver arrive par le nord-est entre octobre et mars, entraînant des hivers frais et humides sur toutes les régions situées au nord de Nha Trang et un temps doux et sec au Sud, tandis que la mousson d’été (avril-mai à octobre) apporte un temps chaud et humide sur quasiment tout le pays. Entre juillet et novembre, des typhons violents et dévastateurs venus de l’océan frappent le Nord ou le Centre.

N’oubliez pas que, pendant le Têt, une semaine avant et deux semaines après, le chaos règne dans tout l’Extrême-Orient et que les avions et les hôtels affichent complet longtemps à l’avance.

Fêtes et festivals

Les fêtes religieuses suivent le calendrier lunaire.

Le Têt, ou Nouvel An lunaire (date variable entre la fin janvier et la mi-février), est la fête la plus importante de l’année ; on se réunit en famille, on rembourse les dettes, on achète des branches de prunier en fleurs et on confectionne des banh chung (gâteaux composés de riz gluant, haricots jaunes, épices et graisse de porc).

Au 8e jour de la 4e lune (habituellement en juin), on fête la Naissance, l’illumination et la mort de Bouddha en décorant de lanternes les pagodes, les temples et les maisons.

Le 15e jour de la 7e lune est le Jour des âmes errantes, deuxième plus grande fête de l’année. On fait des offrandes de nourriture, de cadeaux et d’argent aux âmes errantes des morts oubliés. Les enfants sont fêtés à la mi-automne (Trung thu), le 15e jour de la 8e lune : gâteaux en forme de lune, processions, lanternes…

Nouvel An (1er janvier), Anniversaire de la fondation du Parti communiste vietnamien (3 février), Anniversaire de la Libération (30 avril), Fête du travail (1er mai), Anniversaire de Ho Chi Minh (19 mai), Anniversaire de Bouddha (juin), Fête nationale (2 septembre)

Infos pratiques

Visas : un casse-tête bureaucratique. Ils sont chers, et les formalités sont compliquées. Vérifiez bien la date d’expiration de votre passeport (il doit rester au moins 6 mois de validité) et veillez à bien spécifier votre point d’entrée dans le pays et la catégorie de visa souhaitée. Les prorogations de visa sont sujettes à toutes sortes d’aléas, et les règles peuvent être modifiées sans préavis. Si vous désirez vous rendre dans un pays voisin et revenir ensuite au Vietnam, demandez un visa à entrées multiples. L’incontournable intermédiaire en la matière reste Cap Vietnam (www.cap-vietnam.com)/Action-Visas (www.action-visas.com).
Santé : si le vaccin contre la fièvre jaune est rendu obligatoire par le Règlement sanitaire international, il est également conseillé (mais non imposé) de se faire vacciner contre le choléra. Au chapitre des affections encore couramment rencontrées au Vietnam, citons la dysenterie, la méningite à méningocoques, les hépatites, les vers, le paludisme et la dengue, en forte recrudescence dans le Sud. Des cas de grippe aviaire ont été rapportés (il est prudent de ne pas visiter les marchés d’animaux), ainsi que des premiers cas de grippe A/H1N1. Le site de l’Institut Pasteur de Lille (www.pasteur-lille.fr) est très complet sur le sujet.
Décalage horaire : GMT/UTC + 7h (+ 6h en été)
Poids et mesures : le Vietnam utilise le système métrique international. Deux mesures de poids ont en outre été empruntées aux Chinois : le catty (0,6 kg) et le tael (1/16e de catty, donc 37,5 grammes), toujours en usage dans la vente de l’or.
Electricité : le courant est en général de 220 volts, 50 Hz. Le Sud est essentiellement équipé de prises plates de style américain ; le Nord, de prises rondes à l’européenne, à deux fiches. Attention aux installations électriques, qui ne sont pas des modèles de sécurité.
Permis de conduire : il est difficile pour un étranger de se déplacer sans chauffeur. Votre permis n’aura aucune valeur localement, hormis si vous le transformez en son homologue vietnamien, une démarche requérant entre une semaine et un mois de délai, et donc surtout valable pour les séjours longue durée et les expatriés.
Indicatif téléphonique : + 84. A compter du 5 octobre 2009, il faudra ajouter le 3 devant le numéro existant pour assurer le bon fonctionnement des appels téléphoniques dans le pays.
Ambassade à l’étranger : 57 Tran Hung Dao, Hanoï – tél. +84 (4) 944 57 00 ; fax. +84 (4) 943 72 36 ; www.ambafrance-vn.org
Consulat à l’étranger : 27 Nguyen Thi Minh Khai, Ho Chi Minh-Ville – tél. +84 (8) 520 68 00 ; fax. +84 (8) 520 68 19
Ambassade en France : 62 rue Boileau 75016 Paris – tél. +33 (0)1 44 14 64 00 ; fax. +33 (0)1 45 24 39 48 ; www.ambassade-vietnam.fr

Devise

le dong (VND)

Coût de la vie

Le Vietnam est l’une des destinations les moins chères d’Asie du Sud-Est, quoique les étrangers paient généralement le double des Vietnamiens. Le boom de la construction dans les deux villes principales, combiné avec une baisse de la fréquentation touristique (après quelques années de grand flux), a conduit à une baisse des tarifs hôteliers, surtout dans les catégories supérieures. Vous trouverez presque toujours à vous loger sans réservation, sauf pendant les fêtes du Nouvel An. Côté nourriture, les prix sont très raisonnables : moins de 1 $US pour un bol de nouilles dans la rue, 1-2 $US pour un plat de riz, viande et légumes. Un repas dans un café ou un restaurant vous reviendra en moyenne à 5 $US. Dans les restaurants haut de gamme, la note grimpe en revanche très vite.

Restauration

  • Repas économique : < 5 $US
  • Repas moyen : 5-15 $US
  • Repas de qualité : > 15 $US

Logement

  • Chambre économique : < 20 $US
  • Chambre moyenne : 20-75 $US
  • Chambre de qualité : > 75 $US

Conseils relatifs à l’argent

Dans les grands centres touristiques, la plupart des hôtels affichent leurs tarifs en dollars américains, mais les autres commerces préfèrent, les dongs. Le taux de change du dong est extrêmement fluctuant.

Attention aux faux billets et aux changeurs de rue. Si la Vietcombank (Banque du commerce extérieur du Vietnam) est l’établissement présentant le plus de facilités, toutes les banques changent les devises étrangères et les chèques de voyage (libellés de préférence en $US).

Les principales cartes de crédit sont à présent acceptées dans toutes les grandes villes et sur les lieux touristiques.

Les Vietnamiens ne s’attendent pas à un pourboire mais seront heureux si vous en laissez un, même si les hôtels de luxe ont tendance à facturer un service de 5%, outre la taxe gouvernementale d’environ 10%. Pourboire ne signifie d’ailleurs pas nécessairement argent, mais aussi petits présents (des cigarettes aux hommes, par exemple).

Marchander n’est pas s’affronter : gardez le sourire, ne criez pas, et n’oubliez pas qu’il ne faut jamais « perdre la face » en Asie.

Activités

Le Vietnam possède 3 400 km de côtes qui se prêtent à la plongée sous-marine. Les plages les plus populaires sont Vung Tau, au nord du delta du Mékong, et Nha Trang. Près de Dalat, ville agréablement tempérée, entourée d’une nature magnifique, on peut faire de la randonnée, du cyclotourisme et de l’équitation.

La plupart des minorités ethniques (10% de la population) vivent dans les hauts plateaux du Centre, ainsi qu’à la frontière de la Chine et du Laos. Elles se distinguent des Vietnamiens par la langue, la physionomie et les costumes traditionnels. Malheureusement, leurs contacts de plus en plus fréquents avec les habitants des plaines et les touristes menacent leur riche identité culturelle. Quoi qu’il en soit, les marchés de l’extrême nord du Vietnam sont une occasion de découvrir leurs activités quotidiennes, et l’on peut désormais passer la nuit chez l’habitant dans certaines familles des ethnies montagnardes, notamment dans la région autour de Sapa.

Visiter les réseaux souterrains de Cu Chi (35 km de Saigon) et de Vinh Moc (près du 17e parallèle) donne un aperçu de la détermination des Nord-Vietnamiens à triompher à tout prix de leurs adversaires.

Les vestiges de guerre sont d’ailleurs devenus des souvenirs très en vogue, en vente dans tous les lieux touristiques – et faux, la plupart du temps. Au titre des « vrais » souvenirs, vous trouverez des pierres précieuses, ainsi qu’un fort bel artisanat : laques, objets incrustés de nacre, peintures, cartes de vœux sur soie, tapis, bijoux, costumes traditionnels…

A ne pas manquer

Hanoi

La capitale du Vietnam est une ville de lacs, de boulevards ombragés et de parcs verdoyants, très séduisante avec ses maisons coloniales au charme provincial. Longtemps boudée à cause du harcèlement policier, elle change à toute allure, se rénove et retrouve couleurs et animation.

La ville s’étire le long des rives du fleuve Rouge (Song Hong), enjambé par deux ponts : le nouveau pont Chuong Duong et le vieux pont Long Biên, anciennement pont Paul-Doumer, ouvert en 1902 et cible favorite des bombardements américains.

Son centre-ville entoure le lac Hoan Kiêm (Petit Lac). La petite pagode de la Tortue, surmontée d’une étoile rouge, se dresse sur un îlot au milieu du lac, qui scintille dans un écrin d’arbres centenaires. Il est bordé au nord par la vieille ville, que les Français appelaient la Cité indigène. Les ruelles étroites de ce quartier historique, autrefois un marché flottant, portent des noms évocateurs : rues de la Soie, du Bambou, des Bols de faïence, des Peignes, des Objets votifs…

Oasis de calme, le temple de la Littérature, érigé en 1070 et dédié à Confucius, est un exemple d’architecture vietnamienne bien préservée. C’est là que fut inaugurée, en 1076, la première université du Vietnam ; les concours à la fonction de mandarin s’y déroulèrent tous les trois ans entre 1442 et 1878.

Contrairement à ses vœux, Ho Chi Minh repose depuis 1975 dans son mausolée, cercueil de verre devant lequel défilent en permanence écoliers et touristes. Juste derrière se dresse, par contraste, la demeure qu’il occupait de son vivant : une belle maison sur pilotis à la façon des minorités ethniques. L’ancien palais présidentiel, magnifique demeure coloniale datant de 1906, était autrefois la résidence du gouverneur général de l’Indochine.

Les hôtels bon marché sont éparpillés un peu partout dans la ville. Au lac de l’Ouest, les Ho Tay Villas hébergeaient auparavant les cadres du Parti. Même si vous n’y séjournez pas, vous aurez au moins une idée de la manière dont on logeait les « représentants du peuple ».

Toutes sortes de mets délicieux et bon marché vous attendent à des prix défiant toute concurrence : cuisine de Hué, fruits de mer…

Ho Chi Minh-Ville

Trépidation, karaoké, embouteillages de motos, hommes d’affaires chinois, miséreux… La plus grande ville vietnamienne, ex-Saigon (6 à 7 millions d’habitants), véritable cœur industriel et commercial du pays, bouillonne et pousse le pays en avant avec sa formidable énergie, tout en conservant ses traditions séculaires.

À voir entre autres : la poste centrale, près de la cathédrale Notre-Dame, avec sa marquise en verre et sa charpente métallique de style Eiffel ; la pagode Giac Lam, l’une des plus anciennes de la ville, à l’architecture et à la décoration typiquement vietnamiennes et encore habitée par une dizaine de bonzes ; le musée des Souvenirs de guerre, appelé récemment encore musée des Crimes de guerre chinois et américains ; le palais de la Réunification, vers lequel se dirigèrent, à l’aube du 30 avril 1975, les premiers tanks communistes ; le vaste quartier chinois de Cholon, dont le nom signifie « grand marché »…

La baie d’Along

Avec plus de 3 000 îles émergeant des eaux émeraude du golfe du Tonkin et ses jonques aux voiles rousses, la baie d’Along, l’une des grandes merveilles de la nature, offre un paysage féerique. Les îles calcaires sont creusées de grottes et de criques forgées par le vent et les vagues. La baie et ses îles s’étendent sur 1 500 km².

Hué

Hué est la ville vietnamienne la plus intéressante d’un point de vue historique. Capitale de 1802 à 1945 sous le règne des treize empereurs de la dynastie des Nguyen, c’est traditionnellement un grand centre culturel, religieux et d’enseignement. Parmi les plus beaux sites de la ville, citons les superbes tombeaux des empereurs Nguyen, de nombreuses pagodes et les vestiges de sa citadelle, construite en 1804. Pendant la guerre du Vietnam, Hué connut des combats sanglants, comme en témoigne l’ancienne Cité pourpre interdite, trésor d’architecture anéanti lors de l’offensive du Têt en 1968 et où poussent aujourd’hui des cultures maraîchères…

Le delta du Mékong

Le Mékong est l’un des plus grands fleuves du monde (les nombreux bras qui le composent lui ont donné son nom vietnamien, Song Cuu Long, la rivière aux Neuf Dragons) et son delta, l’un des plus vastes. Plat, luxuriant, le delta est le « grenier à riz » du Vietnam. Vous pourrez le découvrir en louant un bateau à Cantho, Vinh Long ou Camau, à la pointe sud du pays.

Culture

Coutumes

Le Vietnam est encore empreint de traits culturels traditionnels. Quelques exemples : il est fondamental de ne pas « perdre la face » ; avoir la peau claire est un canon esthétique ; de nombreux Vietnamiens continuent de faire appel à la géomancie pour les événements importants…

À ne pas faire : planter verticalement ses baguettes dans un bol de riz, ce qui ressemble aux bâtons d’encens que l’on brûle pour les morts ; se dire célibataire et sans enfants ; sortir de ses gonds… Les questions de forme étant capitales, veillez aux marques de respect.

Langue

Après avoir utilisé jusqu’au XIIIe siècle environ les caractères chinois, les Vietnamiens ont inventé leur propre système d’écriture (nôm). Alexandre de Rhodes, brillant père jésuite français, introduisit au XVIIe siècle l’alphabet phonétique romanisé (quoc ngu), toujours en vigueur actuellement.

Grande difficulté pour les Occidentaux : les tons sont au nombre de six !

Bonjour: xin chào
Comment allez-vous ? : co khỏe không ?
Bien, merci : Khỏe, cám ơn
Pardon : Xin lỗi
Merci beaucoup : Cám ơn rất nhiều
Je m’appelle… : tên tôi là…
Je désire… : Tôi muốn…
Hôtel : khách sạn
Salle de bains : Phòng tám
Est : Đông
Ouest : Tây
Nord : Bác
Sud : Nam

Nourriture

La cuisine est aussi extraordinaire que variée : vous aurez le choix entre 500 plats environ…

Le repas est une affaire communautaire : différents plats trônent sur la table et chacun plonge ses baguettes dedans.

Au nombre des spécialités, citons les nem (ou cha gio), les banh cuon, crêpes de riz fourrées de porc émincé, les chao tôm, canne à sucre grillée roulée dans de la pâte de crevettes épicée, le banh pho, soupe de nouilles de riz qui se consomme à toute heure…

La viande canine (thit cho), surtout populaire dans le Nord, est censée porter bonheur, mais seulement pendant la seconde moitié du mois lunaire. La viande de serpent, quant à elle, possède des vertus médicinales et passe pour être aphrodisiaque ; plus le serpent est venimeux, plus il est prisé – donc cher. On recommande de boire le sang mélangé à de l’alcool de riz et de manger crue la vésicule biliaire. Encore plus « pro », mettez le cœur encore palpitant dans un verre d’alcool de riz et avalez cul sec.

Religion

Au fil des siècles, le confucianisme (système de morale sociale très influent), le taoïsme et le bouddhisme (Grand Véhicule) se sont mélangés aux croyances populaires chinoises et à l’ancien animisme pour former la « Religion triple », ou Tam Giao.

Le culte des ancêtres, qui est l’expression rituelle de la piété filiale, est parfois considéré comme une religion en soi. Il se fonde sur la croyance que l’âme du défunt survit après sa mort et protège ses descendants ; une âme sans descendant est donc vouée à une errance éternelle.

Le caodaïsme, religion locale fondée dans les années 1920, associe les philosophies religieuses de l’Est et de l’Ouest. Au nombre de ses personnages-clés : Sun Yat Sen, Siddhartha Gautama, Victor Hugo…

N’oublions pas enfin que, malgré une très forte répression sous le régime communiste, le Vietnam est le deuxième pays catholique d’Asie après les Philippines.

Arts

Bien que très influencée par les traditions chinoise, cham et khmère, la musique vietnamienne possède un style et une instrumentation très originaux. Ainsi, la musique chorale est unique en ce sens que la mélodie doit correspondre aux tons des mots utilisés. Chaque minorité ethnolinguistique a en outre ses propres traditions en matière de musique et de danse.

Le théâtre vietnamien intègre harmonieusement musique, chant, récitation, déclamation, danse et mime.

À noter également l’art des laques, d’origine chinoise, la sculpture cham, dont la plus grande collection au monde est exposée au musée d’Art cham à Danang, et la fabrication de la céramique.

Enfin, le Vietnam possède un art unique au monde, celui des marionnettes aquatiques.

Environnement

Géographie

Les Vietnamiens décrivent souvent leur pays comme une palanche avec un panier de riz à chaque extrémité. S’étendant sur 1 600 km le long de la côte orientale de la péninsule indochinoise, il comporte deux grandes plaines alluviales (le delta du fleuve Rouge, au nord, et celui du Mékong, au sud) séparées par un isthme (50 km seulement à son point le moins large).

Montagnes et collines recouvrent les trois quarts du pays. Le plus haut sommet est le Fan Si Pan (3 143 m), à l’extrême nord-ouest. Les monts Truong Son (cordillère annamitique) forment les hauts plateaux, le long des frontières du Laos et du Cambodge.

Climat

Le Vietnam, aux altitudes et latitudes multiples, connaît une grande diversité de climats : si le pays est tout entier placé dans la zone intertropicale, les montagnes de l’extrême nord connaissent des hivers rigoureux, alors qu’une chaleur sub-équatoriale permanente règne dans le delta du Mékong. La plus grande partie du pays jouit d’un climat subtropical, voire tempéré au-dessus de 2 000 m. Deux moussons rythment la vie rurale.

Flore et Faune

Malgré les ravages du déboisement, la végétation du Vietnam est luxuriante et diversifiée. Les forêts abritent encore 12 000 espèces de végétaux, dont 2 300 sont utiles à l’homme (nourriture, médicament, fourrage…) et 5 000 sont encore non identifiées !

La faune sauvage est extrêmement riche : des milliers d’espèces d’invertébrés, 800 espèces d’oiseaux, 180 de reptiles, 80 d’amphibiens… Sur les 275 espèces de mammifères recensées, plusieurs sont protégées, car en voie de disparition : éléphants, rhinocéros, tigres, léopards, ours noirs, ours à miel, gibbons unicolores, macaques, singes rhésus…

Le pays compte désormais 30 parcs nationaux et près de 60 réserves naturelles. Les principaux parcs sont, au nord, ceux de Cat Ba, de Ba Be, de Bai Tu Long et de Cuc Phuong ; au centre, celui de Bach Ma ; au sud, celui de Cat Tien et de Yok Don. Pour éviter une catastrophe écologique et hydrologique, le gouvernement a sauvegardé des dizaines de milliers de kilomètres de forêts pour créer d’autres parcs nationaux et réserves, ainsi que des zones d’écotourisme.

A voir également....

,

Les commentaires sont clos.