suivez le tour du monde d'un marseillais

Ecrit le 1 janvier 2010 par Dom'

1 Commentaire

carte st_petersburg

source Lonely Planet

Saint-Pétersbourg

Introduction

Si Moscou est la capitale la plus orientale d’Europe, Saint-Pétersbourg est au contraire la ville la plus européenne de Russie. Si la première impressionne, la seconde enchante.

Fondée par Pierre le Grand comme une fenêtre sur l’Occident, l’ancienne Petrograd déploie à travers ses palais et ses perspectives grandioses tous les fastes architecturaux des XVIIIe et XIXe siècles. En dépit des problèmes, celle que ses habitants surnomment affectueusement « Piter » connaît actuellement des réformes et des transformations massives après un sommeil de près de 80 ans.

Destination

Pays : Russie
Superficie : 1 439 km²
Population : 4,6 millions d’habitants
Langues : russe
Religions : orthodoxes (patriarcat de Moscou)

Economie

Comparée au reste du pays, la situation économique est meilleure à St-Pétersbourg, même si la pauvreté et la misère sont bien présentes. Le port est le plus important de Russie et 10% des scientifiques du pays travaillent dans l’agglomération.

Infos pratiques

Visas : le visa est nécessaire pour tous les visiteurs. Il est délivré sur présentation du formulaire de demande de visa correctement rempli, d’un justificatif de l’assurance voyage, d’un justificatif de séjour (voucher touristique fourni par votre agence de voyages, confirmation de votre accueil fournie par un hôtel ou une agence russe, certificat d’hébergement si vous êtes hébergé par un particulier). Attention : il faut fournir les documents originaux. Si vous voyagez dans plusieurs pays de la Communauté d’États indépendants (CEI), vous devez être muni d’un visa à plusieurs entrées et d’un visa de transit pour la Russie. À votre arrivée en Russie, vous devrez remplir une carte d’immigration – un long formulaire blanc en 2 parties qu’on vous remettra au contrôle des passeports. L’immigration conserve la première moitié de la carte et l’autre partie vous sera réclamée à la sortie du pays. Conservez-la précieusement, car vous en aurez besoin pour l’enregistrement, éventuellement au cours de votre voyage et certainement lors du départ. Dans les 3 jours suivant votre arrivée en Russie, il faudra vous faire enregistrer auprès de l’OuFM, l’ancien OVIR (prévoyez une photocopie de votre passeport). Si vous logez dans un hôtel, ce dernier s’en chargera pour vous. Le visa de sortie, obligatoire, est délivré avec le visa d’entrée pour les séjours courts.

Santé : les vaccinations DT polio, typhoïde, hépatites A et B et grippe sont recommandées. Évitez de vous baigner dans les lacs et les étangs (risque de leptospirose, de paludisme autochtone et de méningite). Ne consommez pas l’eau du robinet et soyez vigilants sur les dates de péremption des produits alimentaires, de même que sur les alcools vendus en kiosque. Emportez avec vous les médicaments dont vous avez besoin (la contrefaçon de médicaments est importante en Russie).

Décalage horaire : GMT/UTC + 3h (+ 4h en été)

Poids et mesures : système métrique

Electricité : 220 V, 50 Hz

Indicatif téléphonique : + 7

Ambassade à l’étranger : 40 Bolchaya Iakimanka, 119049 Moscou – tél. +7 (495) 937 15 00 ; fax. +7 (495) 937 14 30 ; www.ambafrance.ru

Consulat à l’étranger : 15 quai de la Moïka 191186 Saint-Pétersbourg – tél. +7 (812) 332 22 70

Ambassade en France : 40-50, boulevard Lannes 75116 Paris – tél. +33 (0)1 45 04 05 01 ; www.france.mid.ru

Quand partir ?

Saint-Pétersbourg se visite en toutes saisons. Compte tenu de sa latitude, les jours raccourcissent au fur et à mesure que l’hiver approche. Pendant cette période, les hôtels et les sites se vident. Malgré le temps assez sombre, le ciel revêt alors un aspect magique. Aux environs du solstice d’été, la nuit se limite à une brève baisse de luminosité vers 1h et l’aube se lève seulement deux ou trois heures plus tard. Ces nuits blanches de Saint-Pétersbourg offrent un spectacle aussi beau que déconcertant.

Fêtes et festivals

Les fameuses nuits blanches de Saint-Pétersbourg, les dix derniers jours du mois de juin, donnent lieu à diverses manifestations, en particulier le week-end. Un festival de danse programme des spectacles allant du folklore russe au ballet classique. Les étoiles du Kirov se produisent parfois à cette occasion.

De nombreux festivals d’hiver se déroulent dans la ville : les rencontres musicales de Noël qui se tient dans plusieurs églises, le festival folklorique de Noël ou le festival de musique de l’Ermitage qui a lieu au sein du musée. Au printemps et à l’automne, plusieurs festivités animent la ville (festival de cinéma, de littérature, de musique).

Nouvel An (1er janvier), Noël orthodoxe (7 janvier), Journée de la femme (8 mars), fête du Travail/fête du Printemps (1er et 2 mai), Jour de la Victoire (9 mai), Fête de l’Indépendance (12 juin), Journée de l’Unité (4 novembre)

Devise

le rouble (RUB)

Coût de la vie

L’éventail d’hébergements ne cesse de s’agrandir, mais l’offre reste insuffisante compte tenu de la demande. N’espérez donc pas trouver un logement peu coûteux l’été. Par ailleurs, Saint-Pétersbourg n’est pas une ville très bon marché. Nombre d’hôtels de luxe ont vu le jour, ainsi que plusieurs auberges de jeunesse, des B&B (minihôtels) et divers établissements de catégorie moyenne. La location d’appartements (45 à 170 € par jour) et le logement en chambre d’hôte (25 à 50 € selon la saison) sont particulièrement conseillés car ils permettent d’allier indépendance, budget raisonnable et rencontre avec la population. Comptez de 20 à 40 € en auberge de jeunesse selon la saison et au minimum 75 € pour une chambre double dans un minihôtel. Les Russes payent moins cher que les étrangers, sauf dans les établissements haut de gamme. La ruse consiste à réserver votre chambre par l’intermédiaire d’une agence afin de bénéficier de prix plus avantageux. Les restaurants ne manquent pas et leur qualité s’est considérablement améliorée ces dernières années. Les prix ont, hélas, suivi la même courbe. Si vous disposez d’un budget serré, vous pourrez toujours vous rabattre sur les petits cafés, les bistros et les chaînes de restauration rapide. La gastronomie étrangère est bien représentée avec, entre autres, des établissements spécialisés dans la cuisine ouzbek, chinoise, indienne, italienne ou japonaise.

Logement

  • Chambre économique : < 25 €
  • Chambre moyenne : 25-75 €
  • Chambre de qualité : > 75 €

Conseils relatifs à l’argent

Les euros sont acceptés presque partout, parfois même à des taux plus avantageux que les dollars. Nous vous conseillons d’apporter à la fois des espèces, des chèques de voyage et une carte de crédit (Visa, MasterCard, American Express). Il existe partout en ville des bureaux de change officiels et des guichets automatiques fiables.

Dans les restaurants haut de gamme, il est d’usage de laisser en sus environ 10% du montant de la note. Ailleurs, 5 à 10% suffisent. Si vous visitez la ville avec un guide, rien ne vous empêche de lui donner un pourboire. Dans ce cas, 5 à 10 € pour une journée semblent une somme raisonnable.

Activités

L’été permet d’agréable promenades à la rame au milieu des canaux et des plans d’eau qui entourent les îles Kirovski. On loue également des barques près des douves de la forteresse Pierre et Paul. Si vous êtes récalcitrant à l’effort musculaire, vous pourrez toujours vous rattraper en assistant à quelque match de football au stade Kirov (100 000 places).

A ne pas manquer

Le centre historique

Pendant deux siècles, l’immense Russie fut gouvernée depuis un périmètre d’un demi kilomètre de long, entre la place Dekabristov et la place Dvortsovaïa sur laquelle débouche la perspective Nevski. La place Dvortsoya fut témoin des révolutions de 1905 et de 1917 et accueillit des manifestations en faveur de la démocratie lors de la tentative de putsch de 1991. Elle est dominée par la silhouette verte et blanche du palais d’Hiver, œuvre de l’architecte italien Rastrelli, qui surgit tel un mirage rococo avec sa profusion de colonnes et d’immenses statues. L’intérieur, réaménagé par Catherine II et ses successeurs, présente un décor de style classique. Résidence des tsars de 1762 à 1917, il abrite désormais une partie du musée de l’Ermitage. Ce dernier, qui occupe également trois autres bâtiments (Petit Ermitage, Grand Ermitage, théâtre de l’Ermitage), renferme une fabuleuse collection de peintures. Il possède, en outre, des départements consacrés à la préhistoire, à l’art gréco-romain, à l’Egypte ancienne et aux antiquités russes et orientales. D’intéressantes expositions temporaires ont lieu périodiquement. Vu la taille de l’ensemble – le palais d’Hiver comporte à lui seul 1 057 pièces – et le nombre de visiteurs (trois millions par an), la visite nécessite un bon plan et pas mal d’organisation. À proximité de la place, s’élève la flèche dorée de l’Amirauté, siège de la marine russe de 1711 à 1917. Malgré sa robuste apparence, la flèche construite en bois était presque entièrement pourrie avant le début des restaurations en 1996. Le bâtiment actuel (1806-1823), de style néoclassique, abrite l’école navale. Plus loin, la coupole dorée de la cathédrale Saint-Isaac (1818-1858), dessinée par l’architecte français Montferrand, surmonte l’horizon de Saint-Pétersbourg. Ne manquez pas la vue splendide du haut de la colonnade qui court le long du dôme.

La perspective Nevski

La perspective Nevski est à Saint-Pétersbourg ce que les Champs-Élysées sont à Paris. Cette immense artère, jalonnée de bâtiments élégants, s’étend sur 4 km, de l’Amirauté au monastère Alexandre-Nevski, sur la berge de la Neva. Il s’agit du centre névralgique de la ville, en particulier pendant les nuits blanches du solstice d’été qui drainent un monde fou. Dans la longue liste des personnalités ayant habité cette célèbre avenue figurent les écrivains Gogol, Dostoïevski et Tourgueniev, le danseur Nijinski ainsi que les compositeurs Tchaïkovski et Rimski-Korsakov. En vous promenant, levez le nez pour ne rien perdre de la richesse des détails architecturaux. Vous passerez devant la cathédrale de Kazan (siège du musée de la Religion), l’ancien bâtiment de style Art nouveau du fabricant de machines à coudre Singer (converti en librairie), les arcades du grand magasin Gostiny Dvor et la vaste place où trône la statue de Catherine II entourée de ses nombreux amants. Bon nombre de boutiques méritent le coup d’œil pour leur décoration intérieure de style XIXe, Art nouveau ou Art déco. À travers l’architecture grandiose des palais de Saint-Pétersbourg, on imagine sans peine les inégalités flagrantes entre l’aristocratie et le peuple qui devaient conduire à la révolution bolchevique de 1917. A l’extrémité est de la perspective Nevski, le palais Beloselski-Belozerski (vers 1840), occupé jusqu’en 1991 par le bureau local du Parti communiste, arbore des stucs rouge sombre et des rangées d’atlantes musculeux. On doit à Rastrelli, l’architecte préféré (et amant) de l’impératrice Elisabeth, le palais Stroganov (1752-1754), doté d’une belle façade baroque verte et blanche. Il appartenait à une puissante famille dont on peut voir aujourd’hui les collections de tableaux et d’icônes.

Le jardin et le palais d’été

Situé non loin de la perspective Nevski, le long de la Neva, cet élégant parc à la française s’inspire de celui du château de Versailles. Au XIXe siècle, l’aristocratie locale aimait à se promener au milieu de ses pavillons, de ses fontaines et de ses statues disposés suivant une rigoureuse symétrie. À l’une de ses extrémités, le modeste palais d’été (1704-1714), construit pour Pierre le Grand, fut le premier palais de Saint-Pétersbourg.

Petrogradskaya storona et la forteresse Pierre-et-Paul

C’est à Petrogradskaya storona ( »le côté de Petrograd »), sur la petite île de Zayatchi, que se tient le monument le plus ancien de Saint-Pétersbourg, la forteresse Pierre-et-Paul, édifiée en 1703 pour défendre le territoire pris à la Suède. Jusqu’en 1917, elle servit surtout de prison politique dont le premier hôte fut Alexis, le propre fils de Pierre le Grand. Elle connut par la suite des personnages illustres tels que Dostoïevski, Gorki, Trotski et Alexandre, le frère aîné de Lénine. La façade très dépouillée de la cathédrale voisine dissimule un superbe intérieur baroque dans lequel reposent la plupart des membre de la dynastie des Romanov. Les restes du dernier tsar Nicolas II, de la tsarine Alexandra et de trois de leurs cinq enfants y furent inhumés en 1998 lors d’une cérémonie controversée.

L’île Vasilevsky

La plus grande île de Saint-Pétersbourg vous attend à l’embouchure de la Neva. Les principaux sites se concentrent à la pointe orientale, juste en face de l’Amirauté. En dehors des bâtiments maritimes, de l’université et de belles vues sur la ville, elle possède plusieurs musées. Citons en particulier le musée cenral de la Marine de guerre, le musée de Zoologie et le musée de l’Académie des Beaux-Arts. Le musée d’Anthropologie et d’Ethnographie conserve, entre autres, des curiosités anatomiques peu ragoûtantes provenant de la kunstkammer a de Pierre le Grand. Des colonnes rostrales, des phares ornés de proues de bateaux, se dressent à l’extrémité de l’île. Le palais Menchikov, construit en 1707 pour le gouverneur de Saint-Pétersbourg, a été transformé en musée et recèle des objets et des meubles du début du XVIIIe siècle.

Petrodvorets

La plupart des souverains d’Europe ont voulu bâtir leur « Versailles » et Pierre le Grand n’a pas fait exception à la règle. Sur un superbe site à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Saint-Pétersbourg, Petrodvorets regroupe un ensemble de palais largement détruits pendant la Seconde Guerre mondiale et reconstruits à l’identique. Les quelque cent quarante fontaines et les nombreux plans d’eau, notamment la majestueuse Grande Cascade ornée de statues dorées, contribuent beaucoup au charme de l’endroit. Le Grand Palais de Pierre le Grand fut considérablement agrandi sous le règne de l’impératrice Elisabeth par l’architecte Rastrelli et redécoré à l’époque de Catherine II. Il renferme du mobilier et des peintures d’origine que les Russes eurent la bonne idée de mettre à l’abri avant les bombardements allemands. Beaucoup plus modeste, la charmante villa Monplaisir, constitue un havre de paix face à la mer.

Palais de Catherine

Témoins de la grande époque des Romanov, les palais d’été de Tsarskoïe Selo (rebaptisés Pouchkine en 1937, pour le centenaire de la mort de l’écrivain) se tiennent à 25 km au sud de Saint-Pétersbourg. Ils furent construits entre 1744 et 1796 sous les règnes d’Elisabeth et de Catherine II. La pièce maîtresse de l’ensemble est le vaste p alais Catherine (1752-1756), un bel édifice baroque conçu par Rastrelli, qui présente une façade bleue et blanche couronnée de coupoles dorées. Ne manquez pas, à l’intérieur, l’exposition Fabergé.

Culture

Langue

Si vous restez quelques temps sur place il peut être utile d’apprendre l’alphabet cyrillique et la translittération en caractères romains pour pouvoir lire les cartes et les plans originaux et repérer plus facilement les panneaux indicateurs.

Voici quelques mots ou expressions utiles et leur équivalent phonétique :

Oui : Da
Non : Niet
Merci : Spa-ssi-ba
Pardon : pra-sti-tié
Pouvez-vous m’aider ? : Pa-ma-guitié pa-jal-sta ?
Pas de problème : ni-tche-vo
Quel est votre nom ? : Kak vas za-vout ?
France : Fran-tsi-ia
Je ne parle pas russe : Ia nié ga-var-iou pa-rou-ski
Hôtel : Gas-ti-nit-sa
Où est.? : Gdié…?
Est-ce loin ? : Da lé-ko ?
Combien cela coûte-t-il ? : Skol-ka sto-it ?

Nourriture

La cuisine russe se caractérise par un grand choix d’entrées, dont les fameuses soupes à la betterave (bortsch) et au chou (shtchi), suivies par des plats copieux, souvent à base de viande mijotée accompagnée d’une sauce épaisse et entourée de légumes bouillis. Dans les grandes villes, les plats régionaux semblent disparaître au profit d’une cuisine internationale. Moscou et Saint-Pétersbourg comptent quantité de supermarchés de style occidental où vous pourrez vous procurer des produits frais. Le kvas est une boisson à base de pain de seigle fermenté, faiblement alcoolisée et très rafraîchissante en été. Beaucoup plus forte, la vodka est servie pure, ou parfumée au poivre, aux baies, à l’herbe de bison, aux feuilles de pomme, au citron ou au gingembre et aux clous de girofle.

Religion

Bien que communisme et religion n’aient jamais fait bon ménage, l’église russe orthodoxe a survécu et exerce une influence grandissante dans l’actuelle Russie. À St-Pétersbourg, les anciens lieux de cultes, souvent transformés en bâtiments administratifs ou collectifs pendant la période communiste, retrouvent leur anciennes fonctionnalités.

Arts

Entre le XVIIIe et le début du XIXe siècle, les architectes européens, surtout italiens et français, bâtirent au bord de l’eau de vastes esplanades et de somptueux édifices de styles baroque, rococo et classique, qui font de Saint-Pétersbourg un lieu féerique.

Dans le domaine pictural, la ville fut le haut lieu du futurisme (Maïakovski, Malevitch) et du néoprimitivisme russes. Elle occupe aujourd’hui une place importante sur la scène artistique nationale en tant que foyer du néo académisme. Pendant votre séjour, ne manquez pas le musée de l’Ermitage qui renferme nombre de chefs-d’œuvre de la peinture européenne.

Des écrivains célèbres tels que Pouchkine (1799-1837, La Dame de pique), Dostoïevski (1821-1881, Crime et châtiment), Lermontov (1814-1841, Un héros de notre temps) et la poétesse Anna Akhmatova (1889-1966, Le Rosaire) ont beaucoup contribué de leur temps au statut culturel de Saint-Pétersbourg.

Environnement

Géographie

Construite à une échelle monumentale, avec des palais et des avenues symétriques conçus pour être vus de loin, Saint-Pétersbourg se tient à l’embouchure de la Neva, à l’extrémité la plus orientale de la mer Baltique. Le fleuve sépare la ville en quatre secteurs. Le centre, traversé par la fameuse perspective Nevski, regroupe sur la rive sud le palais d’Hiver, l’Amirauté, et le musée de l’Ermitage, au bord de l’eau, qui se laissent agréablement découvrir à pied. Vyborg s’étend en face sur la rive nord. A l’ouest, les deux bras de la Neva, la Bolchaya Neva et la Malaya Neva, délimitent Petrograd, un ensemble d’îlots que surplombe la forteresse Pierre-et-Paul, et l’île Vasilievsky, riche en monuments remarquables.

Climat

Le climat se révèle plus doux que la position géographique de la ville ne le laisse supposer. En janvier, la température tourne en moyenne autour de -8°C et descend rarement au-dessous de -15°C. En revanche, le vent froid souffle fréquemment. L’été, assez frais, met du temps à s’imposer. Il neige souvent jusqu’à la fin avril et la chaleur ne se fait sentir que de juin à août avec un thermomètre atteignant 20°C. C’est d’ailleurs le moment de l’année que la plupart des touristes choisit pour investir les lieux.

Flore et Faune

La centrale nucléaire de Sosnovi-Bor, à 80 km de la ville, qui fournit 12% de l’électricité russe, fait régulièrement la Une des journaux. Le dernier accident remonte à 1992 lorsque s’est produit une fuite d’eau du système de refroidissement du réacteur n°1.

A voir également....

,

Une réponse à “Saint Pétersbourg…Feuille de route !”

  1. avatar

    erhvervelse nike

    3 years ago

    Hey there! I just wanted to ask if you ever have any problems with hackers? My last blog (wordpress) was hacked and I ended up losing several weeks of hard work due to no back up. Do you have any methods to prevent hackers?

Laisse un commentaire

:wink: :twisted: :roll: :oops: :mrgreen: :lol: :idea: :evil: :cry: :arrow: :?: :-| :-x :-o :-P :-D :-? :) :( :!: 8-O 8)