suivez le tour du monde d'un marseillais

Ecrit le 3 janvier 2010 par Dom'

carte pérou

carte pérou

source Lonely Planet

Introduction

Le Pérou est probablement l’un des pays d’Amérique du Sud qui possèdent le plus de trésors touristiques. Que ce soient les ruines majestueuses du Machu Picchu, le petit train zigzaguant dans les Andes ou la pirogue qui descend la rivière Madre de Dios à travers la forêt amazonienne, toutes ces curiosités font partie de l’imagerie collective de n’importe quel touriste entrant pour la première fois dans le pays. Sachez aussi mettre de côtés ces clichés pour découvrir cette terre des extrêmes, où le choc des cultures, sources parfois de violence, contribuent à le rendre passionnant.

Destination

Intitulé officiel du pays : République du Pérou
Capitale : Lima
Superficie : 1 285 220 km²
Population : 29,6 millions d’habitants
Peuples et ethnies : 45% d’Amérindiens, 37% de Mestizos (croisés d’Européens et d’Amérindiens), 15% de descendants d’Espagnols, 3% de Noirs, Japonais et Chinois
Langues : espagnol et langues régionales : quechua, aymara
Religions : 81% de catholiques, 1,4% d’Adventistes du septième jour
Institutions politiques : démocratie présidentielle, république parlementaire
Président : Alan García
Premier ministre : Yehude Simon

Economie

PIB : 238,9 milliards de $US
PIB/Hab : 8 400 $US
Croissance annuelle: 9,2%
Inflation : 6,7%
Inflation : 8,4%
Principales activités : agriculture, pêche, feuilles de coca, papier, minerais, pétrole, produits chimiques
Principaux partenaires : États-Unis, Chine

Infos pratiques

Visas : si vous êtes ressortissant français, suisse ou canadien, vous n’avez pas besoin de visa pour des séjours touristiques de moins de 3 mois et pour des transits de 2 jours : il suffit d’être en possession d’un passeport dont la validité couvre toute la durée du séjour. Vous pouvez solliciter sur place une prolongation de séjour à la Direction des Migrations située à Lima dans le district de Brena.
Santé : aucun vaccin obligatoire sauf celui de la fièvre jaune pour les voyageurs en provenance de régions infectées. Ce vaccin est toutefois obligatoire pour l’Amazonie. Les vaccins contre l’hépatite A et la typhoïde, et, en cas de long séjour, celui contre l’hépatite B sont recommandés. Prendre des précautions pour éviter le mal d’altitude, le paludisme dans les zones humides (traitement préventif et répulsifs anti-moustiques), et contre les moustiques qui sont un peu partout. En effet, les pluies et les chaleurs de l’été austral (décembre-avril) favorisent la multiplication des moustiques transmetteurs du virus de la dengue. Il convient de se protéger en cas de déplacement dans le Nord et l’Ouest du pays. L’hépatite et la dysenterie sont endémiques, il faut donc observer des consignes d’hygiène élémentaires, en particulier s’abstenir de boire de l’eau courante et éviter de manger des fruits et légumes crus sur les marchés.
Précautions à prendre : ces derniers temps, plusieurs atterrissages forcés d’avions de tourisme survolant les lignes de Nazca ont eu lieu dans cette zone et un accident a coûté la vie à 5 touristes français le 9 avril 2008. Tant que l’enquête menée par les autorités péruviennes ne permettra pas de connaître les circonstances exactes de l’accident, et que les mesures améliorant la sécurité des vols n’auront pas été prises, le survol en avion de tourisme des lignes de Nazca au départ aussi bien de Nazca que d’Ica est déconseillé.
Décalage horaire : GMT/UTC – 5h
Poids et mesures : système métrique en vigueur
Electricité : 220 volts. Prises plates à 2 fiches, identiques à celles utilisées aux États-Unis
Indicatif téléphonique : + 51
Ambassade à l’étranger : Avenida Arequipa 3415, San Isidro, Lima 27 – tél. +511 215 84 00 ; fax. +511 215 84 41 ; www.ambafrance-pe.org
Ambassade en France : 50, avenue Kléber 75116 Paris – tél. +33 (0)1 53 70 42 00 ; fax. +33 (0)1 47 04 32 55 ; www.amb-perou.fr

Quand partir ?

Pour la cordillère des Andes, la saison touristique bat son plein entre juin et août ; c’est la saison sèche dans les montagnes et la meilleure pour la randonnée. Les mois les plus humides se situent de janvier à avril, période de festivals.

Sur la côte, les plages accueillent les Péruviens durant les mois ensoleillés : de fin décembre à fin mars. Le reste de l’année, la côte se couvre de brume.

Enfin dans les forêts amazoniennes, la meilleure saison se situe d’avril à novembre ; c’est moins humide que durant les autres mois. Toutefois, certains voyageurs téméraires ne boudent pas la saison humide, de décembre à fin mars, car ils savent que, dans ces régions, un plein soleil succède souvent à quelques heures de pluie.

Fêtes et festivals

Les principales fêtes suivent le calendrier liturgique catholique romain, mais certaines s’imprègnent de rites païens, surtout chez les Andins où survivent les festivités destinées aux dieux du Printemps et de la Récolte. Le carnaval (février-mars) est fêté dans tout le pays. L’Inti Raymi (24 juin), est l’une des grandes fêtes incas, où éclatent couleurs, rythmes et ferveurs. Tout le pays célèbre la fête de l’Indépendance (28 juillet). Lima organise (30 août) des processions colorées, dédiées à sa sainte patronne Santa Rosa. La ville de Puno met toute son habileté à créer de flamboyants costumes et exécuter des parades pour célébrer (5 novembre) le premier Inca, surgi du lac Titicaca, Manco Capac.

Nouvel An (1er janvier), Vendredi Saint, Fête du travail (1er mai), Inti Raymi (24 juin), Fête de Saint-Pierre et Saint-Paul (29 juin), Fête de l’Indépendance (28-29 juillet), Fête de Santa Rosa de Lima (30 août), Bataille d’Angamos (8 octobre), Toussaint, Immaculée Conception (8 décembre), Noël (25 décembre)

Devise

le nuevo sol (PEN)

Coût de la vie

Durant la haute saison et les périodes de fêtes, les prix augmentent sensiblement et les réservations sont indispensables. Les chambres simples sont rares dans les hôtels pour petits budgets. Elles comportent 2 ou 3 lits, mais qui peuvent être facturées pour un seul hors saison. Demandez à voir la chambre avant de vous décider : le même prix peut s’appliquer à un confort différent. Lima et Cuzco sont les villes les plus chères.

Restauration

  • Repas économique : < 15 S
  • Repas moyen : 15-30 S
  • Repas de qualité : > 30 S

Logement

  • Chambre économique : < 75 S
  • Chambre moyenne : 75-220 S
  • Chambre de qualité : > 220 S

Conseils relatifs à l’argent

Le meilleur change se fait en $US. Les autres monnaies se changent uniquement dans les principales villes. Le plus facile est de s’adresser à une casa de cambio ou, à défaut, une banque. Les hôtels prennent une importante commission et les changeurs des rues, qui s’agglutinent autour des banques, pratiquent les mêmes taux, dans des conditions parfois douteuses. Les Travellers chèques sont échangés à un taux légèrement inférieur aux espèces. La carte Visa est la plus diffusée.

La totalité des taxes qui s’ajoutent aux notes d’hôtels et de restaurants d’un certain standing peut atteindre 28%. Il faut s’y préparer. En revanche, les établissements modestes n’ajoutent généralement pas de taxes et laissent le service à discrétion. Ce qui n’est pas le cas des établissements plus huppés, qui pratiquent un service de 10 à 15%. Le marchandage est habituel sur les lieux très touristiques et sur les marchés. Il doit être beaucoup plus discret dans les villages retirés des montagnes.

Culture

Coutumes

Dans cette société essentiellement bi-culturelle, les traditions sont encore fortement ancrées de part et d’autre. Mais, aujourd’hui, elle présente des points communs, notamment une certaine désinvolture vis-à-vis des horaires et une faculté certaine à s’adapter au bruit (pas toujours musical) et à le provoquer. Quant aux feuilles de coca, elles font partie du paysage andin depuis des siècles. Leur mastication fait oublier fatigue et soucis et leur usage personnel ne s’apparente pas à de la drogue. De plus, elles sont offertes aux apus, dieux des montagnes, lors de longs déplacements, où elles suscitent également des réunions de dégustation.

Langue

Quelques expressions utiles en espagnol (en quechua ou en aymara, il est préférable de suivre un stage chez les Incas) :

S’il vous plaît : Por favor
Où ? : ¿ Dónde ?
À quelle distance ? : ¿ A qué distancia ?
À gauche : A la izquierda
À droite : A la derecha
Tout droit : Derecho
Aire de stationnement : Aparcamiento
Chaud : Caliente
Froid : Frío
Ouvert : Abierto
Fermé : Cerrado
Libre : Libre
Je cherche : ¿ Dónde está ?
Parlez-vous français ? : ¿ Habla usted francés ?
Aidez-moi, svp : ¿ Me puede ayudar, por favor ?
Bonjour : Buenos días
Bonsoir : Buenas tardes
À demain : Hasta mañana
À quelle heure ? : ¿ A qué hora ?
Hôtel : Hotel
Auberge : Posada
Restaurant, Café : fonda ; merendero
Où y a-t-il ? : ¿ Dónde hay ?
Un hôtel pas cher ? : un hotel económico ?
Avez-vous une chambre ? : ¿ Tiene un cuarto ?
Avec salle de bains ? : ¿ Con baño ?
Où est la salle à manger ? : ¿ Dónde está el comedor ?
Apportez-moi l’addition, s’il vous plaît : Traigame la cuenta, por favor
Combien cela coûte-t-il ? : ¿ Cuánto cuesta ?
Je désire acheter ceci : Quisiera comprar eso

Nourriture

Le petit-déjeuner est en général léger, sauf à l’hôtel, et le dîner servi tard. Le repas le plus copieux est le déjeuner, idéal pour apprécier les délicieuses variétés régionales. Sur la côte, vous apprécierez les marinades de poissons, crevettes, ou fruits de mer, appelées ceviche, elles sont à base de citron vert, de piments et d’oignons. Les viandes rôties, surtout le cochon d’Inde (cuy), souvent épicées, servies avec des patates douces, ont la faveur des montagnards, tandis que le lomo saltado, viande tranchée, frite avec des oignons, des tomates et des pommes de terre (papas), accompagné de riz ou de maïs, fait l’unanimité dans tout le pays. Pour un repas simple et délicieux, le palta rellena est là : c’est un avocat farci de poulet émietté, pommes de terre et mayonnaise.

Religion

Catholiques romains pour la plupart, les Péruviens apportent quelques nuances à leur ferveur, selon leurs origines. C’est notamment le cas des Amérindiens, qui associent leurs propres dieux aux prières communes.
Arts

Instruments à vent et à percussions ont rythmé le pas des précolombiens et continuent à mener la danse chez leurs descendants. Les flûtes en bambou des Andins accompagnent désormais les guitares hispaniques, adaptées à la música folklórica, tandis que la ville danse toute la nuit sur des airs latino-américains, la salsateca. L’architecture et la peinture se sont également rencontrées à la frontière des deux cultures, pour former un art original, dit mestizo, dont s’est inspiré Paul Gauguin qui passa son enfance à Lima. Seul l’artisanat : poterie, sculptures en pierre et bois, tissages aux couleurs éclatantes, bijoux d’or et d’argent, semble être un héritage direct des précolombiens. En littérature, Mario Vargas Llosa a atteint une renommée internationale.

A ne pas manquer

Lima

N’espérez pas découvrir une cité exotique, perdue dans la jungle. Lima, moderne, trépidante, abrite plus de 7 millions de personnes, dont le nombre enfle avec l’arrivée de montagnards à la recherche d’un mieux-être. Ils se retrouvent confinés dans des baraques et pudiquement surnommés « pueblos jovenes » ou nouvelle population. Pourtant, il est impossible d’éviter Lima. C’est la capitale, ses habitants vous réservent un accueil souvent chaleureux, et la ville s’agrémente d’une vie nocturne active et d’un large éventail d’hôtels et de restaurants, très abordables à Barranco, plus sophistiqués à Miraflores, située à la périphérie.

De style colonial, le centre-ville s’articule en forme de damier autour de l’incontournable place centrale, la Plaza de Armas. Un projet de restauration lui redonnera tout son éclat. Bon nombre de musées exposent d’intéressantes collections, dont le musée de l’Or, le musée national d’Anthropologie et d’Archéologie, sans oublier les célèbres catacombes de l’église San Francisco.

La côte Sud

L’autoroute Panamericana longe d’intéressants sites archéologiques et historiques, au sud de la capitale, dont la région où se situe le port de pêche, Pisco, qui sert également de base pour l’observation de la faune et de la flore de l’île de Ballestas et de la péninsule de Paracas. L’ensemble forme la réserve nationale de Paracas, qui abrite divers oiseaux, majestueux condors, lions de mer, et, faut-il le mentionner ? des méduses pouvant atteindre 70 cm de diamètre, plus 1 m de tentacules servant de dérive.

Lac Titicaca

Perché à 3 820 m d’altitude, il se flatte d’être le plus haut lac navigable au monde. L’air est pur et un bleu intense colore le ciel et le lac, qui baigne dans une lumière nacrée. Des traversées en bateau se font depuis Puno, qui mènent aux îles flottantes, formées de couches de roseaux cueillis sur les rives du lac, où vit une population d’Amérindiens s’exprimant en langue aymara.

Isla Taquile

Cette île enchanteresse, faite de terre et non de roseaux, orne également la surface du lac Titicaca. Elle laisse entrevoir un monde fortement ancré dans ses traditions, des Amérindiens portant fièrement leurs magnifiques costumes chamarrés et s’exprimant en quechua. Ils ont néanmoins réussi à maîtriser un tourisme débridé en prenant ce secteur en charge, afin de préserver leur qualité de vie. Voleurs et mendiants font des apparitions sporadiques, mais chacun sait que le monde n’est pas parfait.

Cuzco

Au cœur du puissant empire inca, qui au XVe siècle, s’étendit jusqu’aux pays voisins, Cuzco attire irrésistiblement les voyageurs, subjugués par une civilisation remarquable, faite d’histoire et de légende. Les principaux vestiges se situent aux alentours de la ville, et notamment sur le site du Machu Picchu, à 2 400 m d’altitude. La ville de Cuzco s’orne de belles constructions coloniales, dont la cathédrale et l’église de la Merced.

Yarinacocha

Ce lac, autrefois relié au fleuve Ucayali, en est actuellement séparé par un canal, accessible pendant la saison des pluies, et se situe à 10 km au nord-est de Pucallpa, dans la région amazonienne. Le petit port de Puerto Callao, doté de nombreux bars et restaurants, et de quelques hébergements, permet de se rendre aux villages des Shipibo qui longent les rives du fleuve. Les Shipibo sont d’habiles artisans proposant des poteries élaborées et des tissages aux superbes dessins géométriques. Les prix sont abordables et le marchandage inutile. La sélection est meilleure dans la coopérative Maroti Shobo, sur la place principale de Puerto Callao, qui regroupe les meilleures créations de 40 villages. Des bateaux peuvent être loués sur le port pour faire le tour du lac et admirer la flore et la faune amazoniennes.

A voir également....

,

Les commentaires sont clos.