suivez le tour du monde d'un marseillais

Ecrit le 1 janvier 2010 par Dom'

0 Commentaire

carte du japon

source Lonely Planet

Introduction

Indéchiffrable mélange de traditions et de modernité, le Japon intrigue et fascine. Pour le comprendre, il vous faudra vous mêler à la trépidante vie de Tokyo, visiter les temples de Kyoto, gravir le mont Fuji… mais aussi partir à la recherche d’un autre Japon, plus secret.

Rien d’étonnant à ce que le Japon soit si contrasté : soumis à des siècles d’oppression de la part des seigneurs de la guerre, puis longtemps fermé au reste du monde par une politique de sekoku (réclusion nationale), il a brusquement ouvert ses portes à la modernité et aux idées occidentales au XIXe siècle, bouleversant ainsi de fond en comble son univers traditionnel. Le XXe siècle lui a ensuite apporté les ravages de la Seconde Guerre mondiale, puis les fastes d’une économie surpuissante.

Le voyageur au Japon a donc l’impression de débarquer sur une terre qui lui offre tous les extrêmes : entre la formalité élégante de l’étiquette et les échanges bruyants qui accompagnent les soirées bien arrosées, entre les galeries marchandes et les fêtes rurales, chacun a le loisir de se former son propre jugement. Préparez-vous à toutes les surprises…

Destination

Intitulé officiel du pays : Japon (Nihonkoku)
Capitale : Tōkyō
Superficie : 377 835 km²
Population : 127,1 millions habitants
Peuples et ethnies : 98,5% de Japonais, 0,5% de Coréens, 0,4% de Chinois
Langues : japonais
Religions : 84% de shintoïstes et de bouddhistes, 0,4% de chrétiens
Institutions politiques : monarchie constitutionnelle, régime parlementaire
Empereur : Akihito
Premier ministre : Taro Aso

Economie

PIB : 4 348 milliards de $US
PIB/Hab : 34 200 $US
Croissance annuelle: -0,4%
Principales activités : automobile, bureautique, industrie chimique, nouvelles technologies
Principaux partenaires : États-Unis, Hong Kong, Corée du Sud, Allemagne, Chine

Infos pratiques

Visas : un visa n’est pas nécessaire pour les séjours inférieurs à 3 mois, avec un passeport en cours de validité. Néanmoins, à compter du 20 novembre 2007, les ressortissants étrangers se rendant sur le territoire japonais seront soumis à la prise de données biométriques. Ils devront, avant de franchir la frontière, au moment des formalités d’immigration, se livrer à la prise d’empreintes digitales et d’une photographie de face avant d’être interrogés par un officier d’immigration

Santé : aucun risque sanitaire n’est à redouter

Décalage horaire : GMT/UTC + 9h

Poids et mesures : système métrique en vigueur

Electricité : 100V, 50 Hz (Tokyo et Est du Japon), 60 Hz (Ouest)

Indicatif téléphonique : + 81

Ambassade à l’étranger : 4-11-44 Minami-Azabu, Minato-Ku, Tokyo 106-8514 – tél. +81 (0)3 57 98 60 00 ; fax. +81 (0)3 557 98 60 94 ; www.ambafrance-jp.org

Ambassade en France : 7, avenue Hoche 75008 Paris – tél. +33 (0)1 48 88 62 00 ; fax. +33 (0)1 42 27 50 81 ; www.fr.emb-japan.go.jp

Quand partir ?

Le printemps japonais, avec ses cieux dégagés et ses cerisiers en fleur, est sans doute la saison la plus célébrée, mais c’est aussi à cette période que les habitants prennent leurs vacances et la plupart des destinations les plus prisées sont noires de monde. L’automne (de septembre à novembre) est une saison idéale pour voyager au Japon : températures de rêve et couleurs superbes sont au rendez-vous. L’hiver (de décembre à janvier) peut être glacial, tandis que les mois d’été (de juin à août) sont poisseux et déplaisants – à ces périodes, cependant, les sites touristiques sont beaucoup plus calmes.

Fêtes et festivals

Attendez-vous à de gros problèmes de logement et de transport pendant les principales fêtes que sont le Nouvel An (du 29 décembre au 6 janvier) et la Semaine d’or (qui englobe la Journée verte, le Jour de la Constitution et la Journée des enfants, du 27 avril au 6 mai). Les autres grandes fêtes sont la Journée des adultes (15 janvier), qui célèbre les garçons et les filles ayant atteint la majorité, c’est-à-dire leur vingtième anniversaire en chantant : « Que vienne la chance, dehors les mauvais esprits » ; Hanami (vision des bourgeons), qui dure de février à avril ; Tanabata Matsuri (fête des étoiles), cérémonie romantique qui se tient le 7 juillet ; O Bon (fête des morts), à la mi-juillet et en août, pendant laquelle on fait flotter des lanternes sur les fleuves, les rivières et l’océan pour signifier le retour des morts dans l’au-delà.

Mais Gion Matsurai, qui se tient à Kyoto le 17 juillet, est sans doute la fête la plus connue : elle remonte au IXe siècle – quand les habitants prièrent les dieux de mettre fin à la peste qui ravageait leur ville – et se termine par une gigantesque parade : on tire des radeaux décorés avec une incroyable finesse.

Nouvel An (1er janvier), Jour de l’accession à la majorité (2e lundi de janvier), Anniversaire de la fondation de l’État (11 février), Fête de Showa (29 avril), Commémoration de la Constitution (3 mai), Fête de la nature (4 mai), Fête des enfants (5 mai), Fête de la mer (3e lundi de juillet), Fête des personnes âgées (3e lundi de septembre), Fête des sports (2e lundi d’octobre), Fête de la culture (3 novembre), Fête du travail (23 novembre), Anniversaire de l’Empereur (23 décembre)

Devise

le yen (JPY)

Coût de la vie

C’est probablement le pays le plus cher du monde pour le touriste, mais il existe des moyens de réduire les frais à un niveau correct. Comptez un budget journalier absolument minimum de 60 € (9838 JPY), à condition de descendre dans les hôtels les moins chers, de manger sans excès et de ne faire que de courts trajets – à quoi vous pouvez ajouter 10 € (1640 JPY) pour vous offrir quelques extras (boissons, en-cas, droits d’entrée, loisirs). Si vous souhaitez vous loger dans des « bed and breakfast » ou des hôtels pour touristes et manger au restaurant, comptez plutôt aux environs de 90 € (14 760 JPY). Si vous souhaitez en outre vous déplacer, il est conseillé de prendre un forfait de train – le Rail Pass -, les trajets étant extrêmement onéreux.

Conseils relatifs à l’argent

Si le liquide y est encore roi, les cartes de crédit sont de plus en plus utilisées dans les grandes villes. Les Japonais, qui connaissent un taux de criminalité très bas, ont coutume de transporter sur eux beaucoup de liquide ; les Européens peuvent faire de même, à condition de respecter les précautions d’usage. Vous pouvez changer du liquide ou des Travellers chèques dans les « banques de change autorisées » ou dans les hôtels et grands magasins. Les dollars US ont la préférence ; si vous souhaitez changer des devises coréennes ou taiwanaises, passez votre chemin.

Le pourboire et le marchandage sont fort peu usités ; pour remercier quelqu’un, offrez-lui plutôt un cadeau. Le marchandage se limite aux quartiers où se trouvent les magasins d’articles électroniques et vous apportera, si vous en faites gentiment la demande, 10% de rabais.

Activités

La plupart des parcs nationaux abritent des sentiers de randonnée (autour de Tokyo, les meilleurs endroits sont Nikko et le parc national de Chichibu-Tama). Si vous voulez découvrir un pays largement ignoré de la plupart des touristes étrangers, allez dans les Alpes japonaises centrales, où il est possible de skier de décembre à avril. La plupart des stations sont sur l’île de Honshu, mais Hokkaido compte également de bonnes pistes. Pour la plongée, choisissez les îles d’Okinawa, à l’extrême sud-ouest du pays, tandis que, pour le cyclotourisme, on préférera les pentes moins raides des régions côtières. Le golf étant au Japon synonyme de prestige, apprêtez-vous, si tel est votre désir, à débourser à partir de 90 € par jour pour un green.

A ne pas manquer

Tokyo

Presque entièrement reconstruit après le tremblement de terre de 1923 et les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, Tokyo se divise, en gros, entre les étincelants quartiers commerciaux et d’affaires, à l’ouest du quartier central de Ginza, et les zones résidentielles plus ordinaires, à l’est. La plupart des sites touristiques se situent sur la ligne JR Yamanote, le chemin de fer qui entoure le centre-ville.

La capitale bouillonne, mais vous y trouverez aussi des endroits calmes ; tout près des immeubles de bureaux se niche un autre Tokyo : une vieille maison en bois, un magasin de kimonos, une petite auberge traditionnelle, une vieille dame balayant le trottoir devant sa maison avec un balai en paille…

Ginza est le quartier commerçant le plus connu : il est opulent, foisonnant et populaire. Le parc Ueno-koen, au nord du centre-ville, recèle quelques-uns des meilleurs musées et galeries du pays. Le musée Shitamachi, notamment, a recréé le vieux Tokyo plébéien.

Asakusa, au nord-est du centre, est l’un des endroits où vit encore le vieux Shitamachi. Le temple Senso-ji, le lieu de culte bouddhique le plus animé du Japon, est le principal site de ce secteur où il fait bon se promener. Shinjuku, à l’ouest du centre, a remplacé Asakusa comme lieu des plaisirs ; plongez donc tête la première dans ce microcosme : néons scintillants, bureaux, foules remuantes, galeries marchandes, écrans vidéo sur les trottoirs, grands magasins haut de gamme, clubs de strip-tease, bars à nouilles, petits temples…

Ne comptez pas vous loger à moindres frais. Vous ne trouverez que quelques auberges de jeunesse à l’ouest du centre et quelques endroits à prix corrects à Ueno et Ikebukuro, ou encore des « hôtels-capsules » à Shinjuku, par ailleurs l’endroit idéal pour vous restaurer. C’est à Ueno et Asakusa que vous pourrez déguster de la cuisine japonaise traditionnelle. Les établissements de Ginza pratiquent des tarifs convenables en journée, mais sont à éviter le soir.

Kyoto

Kyoto, qui abrite des centaines de temples et de jardins, fut la capitale impériale de 794 à 1868 et fait toujours office de siège culturel du pays. Malgré les assauts du modernisme, elle a conservé ses jardins bien ratissés, ses toits aux contours sensuels et ses geishas… Le Palais impérial est l’un des rares sites du centre de Kyoto ; c’est dans le quartier est, notamment à Higashiyama, que vous verrez des temples somptueux – une mention spéciale au temple Sanjusangen-do, qui recèle 1 001 statues de la déesse bouddhiste de la Miséricorde – et pourrez faire des promenades paisibles. Le nord-ouest de la ville abrite de superbes temples zen, notamment le temple Kinkaku-ji, incendié par un moine fou en 1950 et reconstruit en feuilles d’or. Le district de Takao est réputé pour les splendides couleurs de son feuillage automnal, tandis que le château de Himeji-jo, non loin de Kyoto, est le plus beau château du Japon.

Kyoto accueille de très nombreux festivals et il est impératif de réserver sa chambre d’hôtel longtemps à l’avance. C’est au nord et au nord-ouest que vous aurez le plus de chance de trouver à vous loger en catégorie moyenne, le centre-ville comptant pour sa part d’excellents restaurants, japonais et internationaux, à prix raisonnables.

Le mont Fuji

La plus haute montagne du Japon (3 776 m) est le seul site naturel que veulent absolument voir les touristes. « Fuji-san » est un cône volcanique parfaitement symétrique dont le sommet a explosé pour la dernière fois en 1707, recouvrant de cendres les rues de Tokyo, à 100 km de là ! Par temps très clair, on peut d’ailleurs l’apercevoir de Tokyo, mais, en temps ordinaire, il vous faudra plutôt vous approcher à moins de 100 m… Le mont Fuji étant en effet réputé pur les nuages qui l’encerclent, les meilleures saisons pour l’admirer sont l’hiver et le début du printemps, quand la neige ajoute un autre élément de beauté au paysage. Si vous souhaitez l’escalader, préférez juillet-août (vous y serez en nombreuse compagnie), à moins que vous ne soyez un grimpeur aguerri : l’altitude et le temps, très changeant, peuvent rendre l’ascension pénible.

Des populaires cinq lacs de Fuji, du côté nord de la montagne, vous aurez une vue magnifique ; sports nautiques, bases de loisirs, etc., vous y attendent.

Le moyen le plus rapide de vous rendre dans la région est le bus du terminal de Shinjuku, à Tokyo.

Le parc national de Daisetsuzan

Daisetsuzan est le plus grand parc national : d’une superficie de 2 309 km², il se trouve dans le centre de Hokkaido, l’île la plus septentrionale du pays. Ce parc se compose de plusieurs groupes de montagnes, de volcans, de lacs et de forêts, et constitue un endroit idéal pour faire de la randonnée et du ski. Il est très populaire en été et au début de l’automne. Sounkyo est la principale station touristique – elle abrite des gorges et des sources d’eau chaude –, Furano étant la station de sports d’hiver la plus réputée. Non loin de Furano se trouvent les villages reculés de Tokachidake Onsen et Shirogane Onsen, qui abritent également des sources thermales.

La péninsule de Noto-Hanto

Cette péninsule perchée au nord de l’île de Honshu vous offre tout à la fois des paysages sauvages, un aperçu de la vie rurale traditionnelle et quelques sites culturels. Son flanc occidental est moins développé que la rive orientale, il est battu aux quatre vents et plus intéressant. La péninsule accueille de très nombreux festivals, notamment celui de Gojinjo Daiko Nabune (31 juillet-1er août), où des percussionnistes aux masques démoniaques, la tête couverte d’algues, battent le tambour en cadence, et celui d’Ishizaki Hoto (début août), renommé pour sa parade de lanternes.

Culture

Coutumes

Les Occidentaux ont coutume de percevoir les habitants du Japon comme une masse collective indifférenciée. Ils sont en fait tout aussi individualistes, et la tension existant entre l’intérêt du groupe et les aspirations à l’individualité sont une source inépuisable d’inspiration pour l’art japonais. Les valeurs traditionnelles voient un conflit entre honne, les vues personnelles de l’individu, et tatemae, les idées que l’on attend de chacun de par sa position dans le groupe.

La situation des femmes dans la société a tendance à évoluer : elles se marient plus tard et sont plus nombreuses qu’auparavant dans la vie active. Quoi qu’il en soit, les stéréotypes restent vigoureux.

Vous serez aux yeux de tous un gaijin, littéralement « personne extérieure ».

Si les résidents à long terme dans le pays finissent parfois par en avoir une vision quelque peu différente, vous ne pourrez, en tant que visiteur, qu’être charmé par la courtoisie.

Si la notion d’étiquette rigide a la vie dure, sachez que vous courez peu de risque de commettre une offense grave. Essayez simplement, si vous êtes invité dans un foyer, de rester assis par terre aussi longtemps que possible sans étendre vos jambes devant vous (et surtout sans pointer votre pied en direction de quelqu’un), de saluer en inclinant légèrement le torse ; évitez d’être trop direct, de vous moucher en public (renifler est de très loin préférable) ; n’oubliez pas d’apporter un cadeau à votre hôte et, surtout, faites-vous faire des cartes de visite avant de partir ! Depuis fin 2002, il est interdit de fumer dans les rues.

Langue

Si vous souhaitez apprendre à lire le japonais, prévoyez d’y passer plusieurs années : il possède l’un des systèmes d’écriture les plus complexes au monde puisqu’il ne compte pas moins de trois graphies différentes (quatre même, si l’on inclut le romaji, graphie romanisée de plus en plus couramment utilisée). En revanche, à la différence d’autres langues asiatiques, ce n’est pas une langue tonale et sa prononciation est assez facile à maîtriser. En fait, vous pouvez sans difficulté vous constituer un petit répertoire de phrases utiles – vous vous ferez comprendre. Quant à comprendre ce qu’on vous répondra… c’est une autre affaire.

Nourriture

Manger est très amusant au Japon, qui compte plus de mets à son actif que les sempiternels sushi et autres sukiyaki. À l’exception des shokudo (établissements polyvalents) et des izakaya (équivalent des pubs anglais, nourriture en plus), la plupart des restaurants se spécialisent dans un seul genre de cuisine : l’okonomiyaki propose un mélange de viandes, fruits de mer et de légumes frits dans un chou ; le robatayaki est un établissement rustique spécialisé dans les grillades… On peut manger pour pas cher dans les modestes shokudo ou en choisissant des bento (menus fixes) dans les restaurants de type cafétéria.

Boire est une espèce de liant social : tout le monde s’y adonne. On trouve de la bière partout, que ce soit dans les temples ou les distributeurs automatiques. Le thé japonais est vert, rafraîchissant et sain ; il contient beaucoup de caféine et de vitamine C. Le saké (alcool de riz) se boit froid ou chaud. Prenez garde : les gueules de bois au saké sont spectaculaires.

Religion

Le shintoïsme (religion purement japonaise, née du respect qu’inspirent les manifestations de la nature (soleil, eau, rochers, arbres, sons…), le bouddhisme (originaire d’Inde mais qui a essaimé partout en Asie), le confucianisme (code de conduite plus que religion à proprement parler, venu de Chine) et même le christianisme jouent un rôle important dans la vie sociale contemporaine et la vision du monde des Japonais. Toutes ces religions sont loin de s’exclure les unes les autres ; de nombreux rites shintoïstes ont en fait été intégrés dans les pratiques du bouddhisme lorsque celui-ci a fait son apparition dans le pays au VIe siècle.

Arts

Si les influences chinoises et coréennes se sont fait sentir jusqu’au siècle dernier, le sens esthétique japonais est très ancien. On note une grande fascination pour l’éphémère (comme dans l’ikebana, l’art de l’arrangement floral), le dépouillé, les formes qui reflètent le chaos de la nature, le caricatural (depuis les anciens tableaux zen à l’encre jusqu’aux mangas contemporains), une passion pour le grotesque et le bizarre.

L’esthétisme japonais se reflète dans son architecture, comme en témoignent les autels shintoïstes, les temples bouddhiques et les maisons traditionnelles, fines comme du papier. On remarque aussi la composition précise des jardins à la japonaise.

Les formes théâtrales les plus connues sont le kabuki (spectacle mélodramatique) et le (théâtre de masques). La musique traditionnelle, le gagaku, recourt aux percussions.

Parmi les écrivains contemporains, citons Yukio Mishima (mort en 1970), Murakami Ryu et Banana Yoshimoto.

Environnement

Géographie

Le Japon flotte, tel un cheval de mer démembré, le long de la côte orientale du continent asiatique. Lors du dernier grand dégel, il y a environ 10 000 ans, le niveau de la mer s’éleva, recouvrant la langue de terre qui reliait le pays au continent. De nos jours, il se compose d’une chaîne d’îles (quatre principales et quelque mille îles plus petites) chevauchant un arc montagneux, dont le point culminant est le mont Fuji (3 776 m). Beaucoup de ces montagnes sont volcaniques – d’où des paysages somptueux et de nombreuses sources d’eau chaude, mais aussi des tremblements de terre et des tsunami (raz-de-marée). C’est en effet l’une des régions de la planète où l’activité sismique est la plus importante.

Climat

Le climat y est très complexe : le territoire est montagneux, l’archipel est très étiré, la masse continentale est toute proche… Le Nord connaît des étés courts et des hivers longs et neigeux, tandis que les îles du Sud sont plus chaudes et plus humides. En hiver, l’air froid et sec en provenance de la Sibérie rencontre les masses d’air plus moites du Pacifique, provoquant des chutes de neige de grande ampleur dans l’Ouest du pays. Les mois estivaux sont dominés par l’air chaud et humide du Pacifique, entraînant des températures élevées et une humidité importante. La fin de l’été apporte avec elle les typhons – les côtes subissent alors des pluies torrentielles et des vents très forts.

Flore et Faune

La situation géographique très variée (subtropicale dans le Sud, subarctique dans le Nord) a produit une grande diversité dans la faune et la flore, et l’inaccessibilité de nombreuses régions montagneuses a permis de préserver des régions d’une grande beauté naturelle, notamment dans le centre de l’île de Honshu et les parcs naturels de celle de Hokkaido. Les plus grands mammifères carnivores sont les ours : un ours brun peut atteindre jusqu’à 2 m et peser jusqu’à 400 kg. Les macaques et les salamandres géantes ne se trouvent qu’au Japon.

Tout cela ne saurait faire oublier que le pays est un vandale en matière d’environnement : on y massacre les baleines et les dauphins, on y détruit les forêts, on y pollue les océans et l’atmosphère, on y déploie des filets dérivants…

A voir également....

,

Sois le premier à écrire un commentaire

Laisse un commentaire

:wink: :twisted: :roll: :oops: :mrgreen: :lol: :idea: :evil: :cry: :arrow: :?: :-| :-x :-o :-P :-D :-? :) :( :!: 8-O 8)