suivez le tour du monde d'un marseillais

Ecrit le 19 octobre 2010 par Dom'

0 Commentaire

Anniv à Sucre en Bolivie

Anniv à Sucre en Bolivie

… cela change !

Sucre est également connue sous les noms de Charcas (dénomination originelle jusqu’à 1538), La Plata (période du virreinato du Peru, entre 1538 et 1776), Chuquisaca (période du virreinato du Rio de La Plata entre 1776 et 1825) puis Sucre à partir de 1825 (période républicaine). En 1825, au moment d’être désignée capitale constitutionnelle de la Bolivie, la ville fut nommée « L’ Illustre et Héroïque Sucre » (La Ilustre y Heróica Sucre, en espagnol).

La ville est fondée en 1538 par Pedro de Anzures, marquis de Campo Redondo, sous le nom Charcas en référence au peuple Charkas qui vivait dans cette région. Historiquement elle est connue sous le nom de Charcas, Cité Blanche, La Plata ou Chuquisaca. Au XVIIIe siècle, la ville prend le nom de La Plata pour sa localisation dans la « Cuenca del Plata » une des quatre têtes monarchiques de la couronne espagnole en Amérique du Sud, déterminée selon la géographie du bassin du rio de la Plata actuellement en Argentine.La même année, le Roi Philippe II d’Espagne établit à La Plata la Audiencia de Charcas dont l’autorité s’étend sur une région comprenant ce qui est actuellement le Paraguay, le sud-est du Pérou, le nord du Chili, le nord de l’Argentine et une grande partie de la Bolivie. En 1609 un archevêché est fondé dans la ville. En 1624 est créée l’Université de Saint-François-Xavier qui serait la deuxième université créée en Amérique latine après celle de l’Université pontificale et royale Saint Marc fondée à Lima en 1551.

Jusqu’au XVIIIe siècle, La Plata est le centre judiciaire, religieux et culturel de la région. En 1839, lorsque la ville devient la capitale de la Bolivie, elle est rebaptisée en l’honneur du maréchal Antonio José de Sucre, camarade d’armes du libérateur Simón Bolivar pour l’indépendance de la Bolivie, de la Colombie, de l’Equateur, du Pérou et du Venezuela. Perdant sa principale ressource après le déclin économique de Potosí, elle voit le siège du gouvernement bolivien transféré à La Paz à la suite d’une guerre civile perdue par les « conservateurs » sucrenses face aux « libéraux » paceños.

En 1991, Sucre devient patrimoine de l’Humanité a l’UNESCO. Des milliers de touristes sont attirés chaque année par cette capitale du baroque aux blancs édifices datant des XVIIIe et XIXe siècles .

Sucre est devenue une ville universitaire importante et héberge de nombreux cabinets d’avocats et de notaires, en raison notamment de sa qualité de siège de la Cour Suprême bolivienne.

Elle est aussi le siège d’un évêché catholique et possède une cathédrale.

C’est donc, à Sucre que cette année, je soufflerais mes bougies !  Et des pubs, vous avez le choix ici, surtout que le Pisco Sour est différent à chaque bar, nous devons les tester ! Ici, la vie est paisible et agréable. On se sent bien.

Vous verrez des photos de la ville, du couvent San Francisco, des scènes de vie, du marché dominical Tarabuco situé à 60 kms de Sucre, riche en couleurs, le plus grand d’ Amérique du Sud dit-on, ….et une partie de la soirée Anniv !

Gros poutoun et hasta pronto !

Dom’

A voir également....

,

Sois le premier à écrire un commentaire

Laisse un commentaire

:wink: :twisted: :roll: :oops: :mrgreen: :lol: :idea: :evil: :cry: :arrow: :?: :-| :-x :-o :-P :-D :-? :) :( :!: 8-O 8)