suivez le tour du monde d'un marseillais

Ecrit le 8 janvier 2010 par Dom'

carte Australie

carte Australie

source Lonely Planet

Introduction

Foin de l’Opéra de Sydney et d’Ayers Rock ! Ces lieux emblématiques, aussi séduisants soient-ils, ne sauraient résumer à eux seuls les richesses de l’Australie.

Trésors naturels et diversité culturelle : ainsi se décline cette île continent, qui s’enorgueillit d’une culture originelle quarante fois millénaire et où les grands espaces s’offrent aux portes des métropoles, ramenant l’homme à un statut d’intrus. Formations géologiques insolites de l’Outback, Grande Barrière de corail, Sydney la cosmopolite, littoral d’exception, terres rouges à l’infini : le voyage d’une vie vaut bien un jour d’avion.

Destination

Intitulé officiel du pays : Commonwealth d’Australie
Capitale : Canberra
Superficie : 7 686 850 km²
Population : 21,3 millions d’habitants
Peuples et ethnies : 92% d’Européens, 7% d’Asiatiques, 1% d’Aborigènes
Langues : anglais, langues aborigènes (le mabinag, la langue des îles du détroit de Torres, et la langue du désert occidental étant les plus communément parlées), plus environ 200 autres (dont l’italien, le chinois – le cantonais, le grec, le libanais, le vietnamien, le turc…)
Religions : 26,4% de catholiques, 20,5% d’anglicans, 1,9% de bouddhistes, 1,5% de musulmans
Institutions politiques : État fédéral (6 États, chacun pourvu d’un gouvernement et d’un parlement, et deux territoires), démocratie parlementaire sur le modèle britannique, membre indépendant du Commonwealth
Reine : Elisabeth II
Gouverneur général : Quentin Bryce
Premier ministre : Kevin Rudd

Economie

PIB : 800,5 milliards de $US
PIB/Hab : 38 100 $US
Croissance annuelle: 2,2%
Principales activités : tourisme, charbon, or, viande, laine, matières premières
Principaux partenaires : Japon, USA, Nouvelle-Zélande, Hong Kong, Corée du Sud

Infos pratiques

Visas : depuis peu, la plupart des pays européens ainsi que le Canada n’ont plus besoin, pour les séjours inférieurs à 3 mois, d’un visa mais d’un ETA (autorisation électronique de voyage) que votre agence de voyages fournira en lieu et place du visa traditionnel, toujours obligatoire pour les séjours supérieurs à 3 mois. Le séjour maximum autorisé en Australie est d’un an, prorogations comprises. L’ETA est délivrée gratuitement.
Santé : l’Australie est un pays sûr dans le domaine sanitaire. Attention néanmoins à la loase (polyarthrite fébrile), maladie virale transmise par les moustiques, aux coups de soleil, ainsi qu’aux morsures d’araignées, de serpents et de méduses. Une séropositivitée avérée peut conditionner l’entrée dans le pays. Attention, en cas d’hospitalisation ou de maladie, le voyageur doit être en mesure de payer les frais médicaux afférents.
Décalage horaire : le pays étant divisé en trois fuseaux horaires, il existe donc trois heures officielles : le Western Standard Time (GMT/UTC + 8h), le Central Standard Time (GMT/UTC + 9h30) et l’Eastern Standard Time (GMT/UTC +10 h)
Poids et mesures : système métrique en vigueur
Electricité : le voltage est en 220-240 V et les prises sont à trois fiches plates. Hormis dans les grands hôtels, les adaptateurs sont difficiles à trouver.
Indicatif téléphonique : + 61
Ambassade à l’étranger : 6 Perth avenue Yarralumla ACT 2600, Canberra – tél. +61 (2) 621 601 00 ; fax. +61 (2) 621 601 27 ; www.ambafrance-au.org
Ambassade en France : 4, rue Jean Rey 75015 Paris – tél. +33 (0)1 40 59 33 00 ; fax. +33 (0)1 40 59 33 10  www.france.embassy.gov.au

Quand partir ?

L’Australie se visite à toute époque de l’année, mais dans ce pays immense, il existe de grandes variations régionales.

Si l’été austral (de décembre à février) est particulièrement agréable dans les États méridionaux, le Centre est alors accablé par la chaleur et le Nord par une humidité inconfortable. À cette saison, la mer est, par ailleurs, infestée de méduses mortelles.

Pendant l’hiver austral (juin à août), la partie la plus intéressante est le Nord, où la température est parfaite. C’est aussi une bonne saison pour visiter le Centre et l’Outback, car les journées sont alors tempérées et les nuits, très fraîches, ce qui éloigne les moustiques.

Le printemps et l’automne permettent, quant à eux, d’éviter les extrêmes climatiques. Dans le Centre et l’Ouest, la floraison est spectaculaire.

Fêtes et festivals

La période de Noël (mi-décembre à mi-janvier) est incluse dans les grandes vacances scolaires. Au nombre des jours fériés spécifiques au pays, citons l’Australia Day (la Fête nationale, le 26 janvier), qui célèbre l’arrivée de la Première Flotte, et l’Anzac Day (25 avril), qui rappelle le débarquement des forces armées australiennes et néo-zélandaises à Gallipoli, en 1915. Les manifestations les plus typiquement australiennes sont celles qui rassemblent les foules sur les plages pour les compétitions de surf-sauvetage, ou encore les courses hippiques de l’Outback qui réunissent les petites communautés des stations. Enfin, il ne faut pas rater la Gay pride de Sydney qui se tient chaque année à l’époque du Mardi gras.

Nouvel An (1er janvier), Australia Day (26 janvier), Pâques, Anzac Day (25 avril), Anniversaire de la Reine (2e lundi de juin), Noël (25 décembre), Boxing Day (26 décembre)

Devise

le dollar australien (AUD)

Coût de la vie

Les modes d’hébergement peu onéreux (6 à 12 €), tels qu’auberges de jeunesse, hôtels pour voyageurs à petit budget et campings, abondent. Une chambre double dans un vieux pub ou un motel vous reviendra à 30-45 €. Les tarifs pour trois ou quatre personnes peuvent s’avérer intéressants, et il existe souvent des appartements « familiaux » à deux chambres. On peut camper gratuitement dans de nombreux parcs nationaux. La nourriture est à la fois de bonne qualité et bon marché. Les bar (ou counter) meals, dans les pubs, reviennent à moins de 10 €, les bistro meals, qui se prennent dans la salle à manger, coûtant entre 10 et 12 €. Les milk-bars occupent presque chaque coin de rue. Vous verrez partout des restaurants affichant le sigle BYO (Bring Your Own) : vous pouvez y apporter votre propre boisson alcoolisée. Une véritable aubaine pour l’amateur de vin australien, qui pourra ainsi déguster des crus locaux excellents (Hunter Valley ou Barossa Valley) à des prix raisonnables. Depuis le 1er juillet 2000, les prix des hôtels et des restaurants ont augmenté de près de 10% suite à l’application d’une nouvelle taxe gouvernementale.

Restauration

  • Repas économique : < 15 $
  • Repas moyen : 15-25 $
  • Repas de qualité : > 25 $


Logement

  • Chambre économique : < 100 $
  • Chambre moyenne : 100-160 $
  • Chambre de qualité : > 160 $


Conseils relatifs à l’argent

L’importation et l’exportation de Travellers chèques ne sont soumises à aucune restriction particulière. Banques et bureaux de change, tels que Thomas Cook (qui propose un service appelé Moneygram, lequel permet de transférer de l’argent en une quinzaine de minutes depuis votre pays d’origine) et American Express changent sans problème les devises étrangères. Les cartes de crédit sont acceptées partout.

La pratique du pourboire n’est guère usitée en Australie : même les chauffeurs de taxi ne s’attendent pas à en recevoir un !

Culture

Coutumes

Les traditions culturelles des Aborigènes sont complexes : religion, histoire, loi et art se fondent dans un ensemble de cérémonies élaborées qui se déroulent aujourd’hui encore dans de nombreuses régions. Le lien entre les individus et les êtres ancestraux est le totem, chaque personne appartenant à un totem (chenille, serpent, poisson ou pie) ou au Rêve. Les chants décrivent comment l’environnement abrite ces puissants êtres créateurs.

La plupart des Aborigènes n’ont pas quitté le bush, et ceux qui vivent en ville conservent leurs particularités. Ils parlent en général leur propre langue ou une version « créolisée », le kriol, et ont conservé une grande partie de leurs connaissances de l’environnement, de la médecine naturelle et de la nourriture du bush.

La cuisine australienne, de mauvaise réputation il y a encore 30 ans, s’est enrichie d’apports méditerranéens, moyen-orientaux et asiatiques. Melbourne par exemple est un haut lieu de la gastronomie mondiale.

L’engouement du public pour les plats du bush s’est par ailleurs accru. C’est ainsi que vous pourrez déguster des samosas à la queue de kangourou braisée, du pâté d’émeu, du gibier fumé à l’eucalyptus et des glaces à la graine d’acacia.

Langue

L’anglais australien réserve quelques surprises. Si vous voulez passer pour un Australien, voici la méthode : parler de façon nasale, raccourcir tous les mots de plus de deux syllabes et ajouter une voyelle à la fin.

Arvo : Après-midi
Avagoyermug : Cri de supporter (en particulier aux matchs de cricket)
Chook : Poulet
Cozzie : Maillot de bain
Bushranger : Hors-la-loi
Dead horse : Sauce tomate
Drongo : nul, idiot
Dunnies : Toilettes extérieures
Dunny budgies : Mouches
Good on ya : Bien vu
Kangaroo bar : Pare-chocs (de camion)
Oz : Australie
OYO (Own Your Own) : être propriétaire (de son appartement)
Piss : Bière
Pom : Anglais ( »Prisoner Of His Majesty »)
Sheila : Femme, nana
Smoko : Pause-thé
Tinny : Canette de bière

Nourriture

La cuisine australienne contemporaine est également riche en produits de la mer : barramundi, écrevisses…

La vegemite est un pur produit de la culture locale : cet étrange extrait de levure à l’aspect et à la consistance de goudron est un must pour le visiteur.

Religion

Une majorité qui va en diminuant (58%) se dit chrétienne. La plupart des Églises protestantes, à l’exception de l’Église anglicane, ont fusionné pour former l’Uniting Church ; l’Église catholique compte un nombre important de fidèles. Il existe également des minorités non chrétiennes. 20% de la population se dit non croyante. Les Aborigènes n’ont pas de religion à proprement parler, toute leur culture n’étant que religion.

À l’origine, les Aborigènes, peuple tribal, vivaient en famille ou en clan. La tradition, les lois orales et les rites associent le clan au territoire qu’il occupe. Ce territoire abrite plusieurs lieux ou sites sacrés, où l’esprit de chaque membre revient après sa mort. Nombre de communautés étant nomades, le savoir et l’expérience acquis au cours des siècles leur permettent de tirer le meilleur parti d’un environnement parfaitement maîtrisé.

Arts

Mis à part la production aborigène, la musique australienne a été longtemps marquée par son héritage européen. Les temps ont changé : la musique populaire a vu l’arrivée, dans les années 1970, de groupes typiquement australiens, tandis que le folklore, qui prenait sa source en Irlande ou en Écosse, s’est enrichi d’orchestres du bush : aux violons, banjos et flûtiaux est venu s’ajouter le lagerphone local, composé de capsules de bouteilles de bière clouées sur un bâton.

Le bush a par ailleurs inspiré de nombreux auteurs de ballades et de récits populaires. Le cinéma australien est actuellement riche en œuvres de qualité : Peter Weir, Bruce Beresford, George Miller en sont les représentants les plus connus.

Quant à l’art aborigène, dont les premières formes d’expression – fresques à même le sol, gravures rupestres – remontent à 30 000 ans au moins, il a connu ces dernières années un renouveau spectaculaire. L’éventail de la production est très varié, allant des peintures de style pointilliste ou sur écorce jusqu’aux batiks, en passant par les sérigraphies et sculptures tiwi sur bois.

A ne pas manquer

Sydney

La plus grande (4,4 millions d’habitants) et plus ancienne ville australienne est construite autour de l’une des baies les plus spectaculaires au monde, reconnaissable notamment à son opéra. Si elle n’en est pas la capitale, elle est néanmoins le cœur économique de la nation et une mosaïque ethnique contribue à son dynamisme social. Les jeux Olympiques de l’an 2000, ont été l’occasion d’une cure de rajeunissement de son paysage urbain.

Le port divise Sydney en deux parties, nord et sud, reliées par le Harbour Bridge et le Harbour Tunnel. Le centre-ville et les endroits intéressants se situent dans la zone sud.

Officiellement nommée Port Jackson, la majestueuse baie de Sydney, qui s’étend sur 20 km, est un port important et le plus grand lieu de plaisance de la ville. Avec ses eaux, ses plages abritées et calmes, ses îles et ses parcs, elle offre toutes les attractions dont on peut rêver.

Le quartier des Rocks, premier point de peuplement européen de Sydney, fut longtemps un endroit sordide, repaire de forçats, de prostituées et de gangs. C’est aujourd’hui un lieu historique, bordé de bâtisses coloniales et d’entrepôts reconvertis en restaurants où il fait bon flâner, surtout à Miller Point, charmant quartier colonial agrémenté d’un espace vert typique des villages anglais.

Emblème de Sydney, le Sydney Opera House, au toit en forme de voile ou de coquillage, se situe sur le promontoire est de Circular Quay, qui est l’un des quartiers les plus animés de la ville avec ses restaurants, ses promenades et ses parcs où se regroupent pêcheurs et marchands ambulants.

Le Harbourside Festival Marketplace est une structure harmonieuse regroupant un aquarium étonnant (trois océanoriums amarrés dans la baie renferment requins, raies, phoques…), des musées ultramodernes, un jardin chinois et des sculptures aquatiques.

N’oublions pas les plages ! À Bondi, la « grande dame » majestueuse des plages de Sydney dont les principaux attraits sont naturellement le sable et le surf, se côtoient vieilles communautés juive et italienne, expatriés, travailleurs saisonniers…

Le quartier de Kings Cross regorge d’auberges de jeunesse, mais on en trouve également beaucoup à Glebe, Manly, Coogee et Bondi ; le centre-ville et le quartier des Rocks offrant pour leur part différents types d’hébergement.

Côté restauration, la ville propose nombre de produits locaux de qualité à des prix peu élevés et les endroits agréables sont légion : Chinatown, quartier des Rocks, Victoria Street, Glebe, Newtown, etc.

La Grande Barrière de corail

Ce magnifique récif, qui longe presque toute la côte de l’État du Queensland, est le plus étendu du monde mais aussi la plus grande structure constituée d’organismes vivants. La Grande Barrière, considérée comme l’une des merveilles du monde, forme en réalité une succession de 2 600 récifs où s’abritent quelque 400 variétés de coraux. Le lagon entre le tombant extérieur et le continent est parsemé de petits récifs, îles et îlots coralliens. Le corail peut atteindre 500 m d’épaisseur. Si la plongée, avec ou sans bouteille, est le meilleur moyen de le découvrir, on peut également l’admirer d’un observatoire sous-marin ou à travers les vitres d’un semi-submersible.

L’État du Queensland renferme une grande variété de paysages : déserts de l’intérieur, vastes terres à bétail, péninsule reculée de cape York.

Alice Springs

Cette région s’étend sur les terres ancestrales des Arrernte. Alice Springs abrite une importante communauté aborigène (les Aborigènes pensent que sa topographie fut tracée par les êtres créateurs) qui reste étroitement liée à celles restées dans le bush. C’est une bourgade rurale, isolée du monde par de vastes et rudes étendues, très proche de l’Outback et offrant des sites naturels éblouissants. On peut s’y promener à dos de dromadaire, faire un tour en montgolfière, partir à la rencontre des Aborigènes, assister à des rodéos ou à des régates.

Uluru (Ayers Rock)

Ce monolithe de 3,6 km de long, mondialement connu, surgit à 348 m au-dessus du plateau de sable qui l’entoure. Sa couleur change selon son exposition au soleil, passant par toute une gamme de rouges avant de virer au gris au crépuscule. Les deux tiers, croit-on, se trouveraient sous la surface de la terre. Du fait de sa profonde signification culturelle, les Aborigènes Anangu s’opposent à son ascension. L’itinéraire emprunté par les visiteurs est d’ailleurs fortement associé à la loi ancestrale locale.

Plusieurs chemins parcourent le parc national d’Uluru, et des visites guidées sont axées sur la faune, la flore, la géologie et la mythologie de l’endroit.

Les monts Olga (Kata Tjuta) sont un groupe de rochers plus petits et arrondis à 30 km à l’ouest d’Uluru. Moins connus, ils sont tout aussi impressionnants.

Kakadu National Park

Situé en Territoire du Nord, à 153 km de Darwin, ce parc de 200×100 km, l’une des merveilles nationales, offre des paysages et une faune extrêmement variés : 60 espèces de mammifères, 280 d’oiseaux, au moins 4 500 sortes d’insectes… Il abrite également de magnifiques peintures rupestres aborigènes sur 5 000 sites, dont certains remontent à 20 000 ans. De l’uranium a été découvert dans la région de Kakadu, mais les Aborigènes Mirrar s’opposent à l’aménagement de mines sur leur territoire ancestral, car l’exploitation de l’uranium non seulement menace leur droit de propriété mais, de plus, va à l’encontre de leurs lois et de leurs croyances.

A voir également....

,

Les commentaires sont clos.