suivez le tour du monde d'un marseillais

Ecrit le 5 janvier 2010 par Dom'

carte Argentine

carte Argentine

source Lonely Planet

Introduction

Danseurs de tango et fiers gauchos chevauchant dans la Pampa, tels sont les clichés qui s’attachent immanquablement à l’Argentine. Pourtant, la plupart des voyageurs qui choisissent cette destination s’intéressent avant tout au merveilleux spectacle naturel de ce pays grandiose. Des régions désertiques du nord à la cordillère des Andes, en passant par les chutes de l’Iguazú et la splendeur désolée de la Patagonie, les paysages ont de quoi éblouir le plus irréductible des citadins.

Ce dernier trouvera dans la capitale Buenos Aires, une atmosphère occidentale étrangement familière. La population argentine, largement issue du Vieux Continent, reste en effet ancrée dans la tradition européenne. Quartiers ultra-branchés et anciens édifices coloniaux de cette vibrante métropole cosmopolite distillent une séduction pétrie de nostalgie et de chaleur humaine. Il est bien difficile aux visiteurs de ne pas se couler avec délices dans les habitudes locales dès lors qu’ils montrent une certaine aptitude à la conversation, qu’elle porte ou non sur le football. Le maté (le thé local qui se sirote à toute occasion) et les soirées tango dans une milonga, sont également des moyens imparables pour lier d’indéfectibles amitiés avec les Argentins.

Destination

Intitulé officiel du pays : République d’Argentine
Capitale : Buenos Aires
Superficie : 2 800 000 km²
Population : 40,3 millions d’habitants
Peuples et ethnies : 97% d’origine européenne, 3% de métis, amérindiens et autres minorités
Langues : espagnol ; auquel s’ajoutent plus de 17 langues indigènes (guarani, quechua, toba, aymara…)
Religions : 92% de catholiques romains, 2% de protestants, 2% de juifs
Institutions politiques : république fédérale, démocratie présidentielle
Président : Cristina Fernández de Kirchner

Economie

Plus de 30% des Argentins vivent sous le seuil de pauvreté. Lors du dernier recensement, le taux de mortalité infantile était encore de 14,2%.

PIB : 254 milliards de $US
PIB/Hab : 6 600 $US
Croissance annuelle: 8,7%
Principales activités : agriculture (tournesol, soja, céréales, agrumes, vignobles), élevage (ovins, bovins), industrie alimentaire, agro-industrie
Principaux partenaires : États-Unis, Brésil, Pays-Bas, Allemagne, Italie

Infos pratiques

Visas : la plupart des visiteurs étrangers n’ont pas besoin de visa. Un permis touristique de 90 jours renouvelable vous sera délivré à votre arrivée dans le pays.
Santé : la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est indispensable ; celles de l’hépatite A, de la typhoïde et de la fièvre jaune, recommandées. Se prémunir contre les moustiques (répulsifs, moustiquaires, traitement anti-paludique…) est indispensable. Attention à l’hantavirus et au virus Junin provoquant de graves fièvres hémorragiques. Risques de choléra dans les régions subtropicales du Nord, et de fièvre jaune dans les forêts du Nord-Est.
Précautions à prendre : l’Argentine est sans doute le pays d’Amérique latine le plus sûr pour les voyageurs. Toutefois, la délinquance est en augmentation, et il vaut mieux surveiller étroitement vos bagages dans les gares routières, en particulier à Buenos Aires et à Mendoza.
Décalage horaire : GMC/UTC – 3h
Poids et mesures : système métrique (dans les zones rurales, on utilise parfois la legua, équivalant à 5 km environ)
Electricité : 220 V, 50 Hz
Indicatif téléphonique : + 54
Consulat général à l’étranger : Avenida Santa Fe 846, Buenos Aires 1059 – tél. +54 (11) 4312 2409 ; fax. +54 (11) 4313 6166 ; www.embafrancia-argentina.org
Ambassade en France : 6, rue Cimarosa 75116 Paris . Bureau du tourisme – tél. +33 (0)1 47 27 01 76 00 www.ambassadeargentine.net

Quand partir ?

Aux yeux des habitants de l’hémisphère Nord, l’Argentine a l’avantage d’offrir la perspective d’un deuxième été, entre novembre et mars. Sans compter la variété géographique et climatique du pays qui permet, finalement, d’envisager un voyage à n’importe quelle saison. Si le moment de l’année importe peu à Buenos Aires, mieux vaut choisir la période estivale (décembre-février) pour se rendre en Patagonie, sur des sites tels que le glacier Perito Moreno. La visite des chutes de l’Iguazú, dans la province subtropicale des Misiones, s’effectue dans de meilleures conditions pendant l’été ou le printemps de l’hémisphère Sud, lorsque la chaleur et l’humidité sont plus supportables. L’hiver, vous pourrez vous adonner aux plaisirs du ski.

Fêtes et festivals

Curieusement, l’Argentine célèbre peu de fêtes et de manifestations populaires. La plupart des jours fériés reflètent le calendrier liturgique catholique et se concentrent entre Noël et le Nouvel An, puis, pendant la période de Pâques. Les fêtes de saints patrons locaux, le 25 mai (jour commémoratif de la révolution de 1810), le jour des Malouines (10 juin) et le jour de Christophe Colomb (12 octobre) constituent les autres occasions de réjouissances.

Nouvel An (1er janvier), Semana Santa (mars ou avril), Dia de las Islas Malvinas (2 avril), Pâques, Fête du travail (1er mai), Fête de la Révolution (25 mai), dia de la Bandera (fête du drapeau ; 20 juin), Fête de l’Indépendance (9 juillet), Jour de San Martín (17 août), Dia de la Raza (découverte de l’Amérique par Christophe Colomb ; 12 octobre), Immaculée Conception (8 décembre), Noël (25 décembre).

Devise

le peso argentin (ARS)

Coût de la vie

Après la dévaluation du peso (en 2002), l’inflation a fait son apparition et les prix ont augmenté. Toutefois l’Argentine reste financièrement attractive pour le voyageur. Le dollar américain n’y est officiellement plus accepté, mais de nombreux commerçants seront heureux de les prendre.

Restauration

  • Repas économique : < 15 ARS
  • Repas moyen : 15-30 ARS
  • Repas de qualité : > 30 ARS

Logement

  • Chambre économique : < 60 ARS
  • Chambre moyenne : 60-180 ARS
  • Chambre de qualité : > 180 ARS

Conseils relatifs à l’argent

Ne jamais changer d’argent dans la rue auprès des arbolitos, des personnes qui vous proposent de changer. Les chances de se voir donner des faux billets ou des billets périmés ne sont pas négligeables. Mieux vaut faire la queue chez les agents de change ou utiliser les distributeurs automatiques qui suivent le cours fluctuant du peso. Les cartes de crédit Visa et MasterCard sont les plus couramment acceptées.

Au restaurant, il est d’usage de laisser un pourboire d’environ 10% en période faste. Le marchandage se pratique uniquement sur les marchés d’artisanat, dans les régions andines du Nord-Ouest.

Culture

Langue

Parallèlement à l’espagnol officiel, certaines communautés d’ascendance étrangère ont conservé leur langue. C’est le cas des Italiens qui forment le groupe le plus important. On dénombre aussi dix-sept langues autochtones, dont le quechua, le mapuche, le guarani et le toba.

Quelques expressions utiles :

Salut : Hola !
Au-revoir : Adios !
S’il vous plaît : Por favor
Merci : Gracias
De rien : De nada
Je (ne) comprends (pas) : (No) entiendo
Je voudrais un billet aller-retour : Quisiera un billete de ida y vuelta
Je veux aller à… : Quiero ir a…
Je cherche… : Estoy buscando…
Mon hôtel : mi hotel
Le château : el castillo
La cathédrale : la catedral
L’église : la iglesia
La place principale : la plaza mayor
Je voudrais le menu du jour : Quisiera el menu del dia

Sports

Élevé au rang d’obsession nationale, le football fait vibrer la nation toute entière. L’exultation est bien sûr à son comble lorsque l’équipe nationale gagne la Coupe du monde (1978 et 1986). Les exploits et les frasques du footballeur Diego Maradona, l’Argentin le plus célèbre depuis Che Guevara, ont défrayé la chronique sportive de la dernière décennie. Mais le pays ne se résout pas à brûler son idole, qui a été nommée, en octobre 2008, sélectionneur national.

Nourriture

La cuisine argentine se compose surtout de viande, ou plus précisément de bœuf. Pratiquement tous les morceaux sont servis sous forme de grillades (parrillada), y compris les tripes, les intestins et les pis de vache. Si l’alimentation carnée vous rebute, vous pourrez vous rabattre sur des plats italiens comme les gnocchis. Autre tradition gastronomique venue d’Italie, les crèmes glacées (helados), délicieuses, méritent une mention spéciale. On vous invitera peut-être à partager le maté, le « thé paraguayen » fabriqué à partir d’une variété de houx, qui correspond à un rituel de convivialité. On le boit dans une bombilla, avec une paille d’argent munie d’un gros filtre à la base.

Religion

Religion d’État, le catholicisme romain demeure empreint de croyances populaires. Le spiritisme et le culte des morts occupent une place importante qui se traduit par des pèlerinages sur la tombe des proches et des personnalités locales.

Arts

L’influence de la culture européenne imprègne l’art, l’architecture, la littérature et l’ensemble du mode de vie argentin. Le pays a engendré des écrivains originaux d’envergure internationale comme Jorge Luis Borges (1899-1986), Julio Cortázar (1914-1984), et moins connus, Ernesto Sabato, Manuel Puig et Osvaldo Soriano. Beaucoup d’Argentins ayant étudié sur le Vieux Continent, il n’est guère étonnant que Buenos Aires se fasse l’écho des mouvements artistiques occidentaux à travers ses nombreux musées, galeries et théâtres. La production cinématographique, dont la notoriété dépasse les frontières, a souvent servi à exorciser les horreurs de la dictature.

Romantique et passionné, le tango incarne sans doute la tradition la plus emblématique de l’Argentine. Mais excepté dans la capitale, il semble intéresser davantage les visiteurs étrangers que les Argentins eux-mêmes.

A ne pas manquer

Buenos Aires

Le poète Jorge Luis Borges a écrit que Buenos Aires était aussi éternelle que l’air et l’eau. Beaucoup d’Argentins assimilent la capitale au pays tout entier, d’autant plus qu’elle accueille plus de 30% de sa population. Cette métropole tentaculaire déployée au bord du Río de la Plata inclut en fait la capitale fédérale et le grand Buenos Aires (les banlieues situées dans la province de Buenos Aires). Trahissant les origines européennes de la ville, son centre bien ordonné fait penser à certains quartiers de Paris. Il se dégage toutefois de ses larges avenues bordées d’arbres et de ses nombreuses places, une élégance un peu mélancolique. Dans les rues, banquiers affairistes et « fashion victims » côtoient pauvres et chômeurs des quartiers populaires de la périphérie. La plaza de Mayo et l’avenida 9 de Julio, avenue la plus large du monde et véritable cauchemar pour les piétons, forment le cœur de la vie urbaine, tandis que les avenues Santa Fe et Florida constituent les deux grandes artères commerçantes. Jeunes créateurs, restaurants branchés et mode d’avant-garde à prix abordables ont jeté leur dévolu sur un quartier plus excentré, Palermo Viejo. La Catedral Metropolitana renferme le tombeau du général José de San Martín, le héros de la lutte pour l’indépendance argentine. Si vous souhaitez assister à un opéra, un ballet ou à un concert classique, rendez-vous au Teatro Colón, une institution de réputation internationale. Plusieurs musées méritent votre attention, en particulier le Museo N acional de Bellas Artes, le Museo Ambrosetti (pour ses très beaux objets indiens), le Museo Historico Nacional et, pour les amateurs d’art contemporain, la Fundación Proa récemment réaménagée. Dans le pittoresque faubourg populaire de La Boca, des maisons en bois peintes de couleurs éclatantes s’alignent le long de la rivière Riachuelo. Quant au cimetière de la Recoleta, rempli de riches tombeaux et de mausolées, il incarne à merveille le véritable culte que les Argentins vouent à leurs défunts.

Bien que Buenos Aires soit une ville plutôt chère, le Microcentro, quartier très central, regorge d’hôtels de toutes catégories. Si vous recherchez un établissement bon marché, optez pour les quartiers de San Telmo et du Congreso. Les nombreuses adresses de charme du Retiro et de Recoleta requièrent un budget plus confortable. Pour manger sans se ruiner, La Boca et San Telmo offrent les meilleures possibilités. La rue piétonne de Lavalle et l’A venida Corrientes, dans le centre, disposent de bonnes adresses où déguster une pizza, de copieuses grillades, ou simplement siroter un café en côtoyant l’intelligentsia locale.

Mar del Plata

L’été, les habitants de Buenos Aires migrent vers les plages de Mar del Plata, sur la côte atlantique, à 400 km au sud de la capitale. En dehors de ses étendues de sable (8 km) à perte de vue, cette station balnéaire possède des demeures de caractère rappelant ses origines huppées et des complexes plus modestes destinés aux classes moyennes. Près des quais, des otaries regardent les pêcheurs s’activer tandis qu’une réplique de la grotte de Lourdes ajoute une note kitsch à l’ensemble.

Córdoba

Deuxième ville du pays, Córdoba a longtemps rivalisé avec Buenos Aires sur le plan politique, économique et culturel. Son centre historique abrite de belles constructions coloniales. On citera au passage le vieux marché, la Iglesia Catedral, commencée en 1577 mais de style très composite, et la Iglesia de la Compañia de Jesús (1645-1671) construite par les jésuites. Le M useo Historico Provincial Marquès de Sobremonte, l’un des plus importants du genre, occupe l’ancienne résidence du gouverneur (XVIIIe siècle). Il réunit une collection éclectique de peintures religieuses, de mobilier, d’armes et d’instruments de musique.

La Pampa

Les plates étendues de la Pampa constituent le cœur rural du pays. C’est la patrie du gaucho, le mythique « cow-boy » argentin, symbole du nationalisme romantique. La région englobe les provinces de Buenos Aires et de la Pampa ainsi qu’une partie de celles de Santa Fe et de Córdoba. Elle comprend un environnement naturel diversifié, alternant collines boisées, vastes prairies et lacs salés, peuplés de flamants. Dans le P arque Nacional Lihué Calel vivent, entre autres, des pumas, des guanacos et une variété de chinchilla sauvage appelée vizcacha. Les villes de La Plata, de Luján (dont la basilique consacrée à la Vierge reçoit chaque année la visite de 5 millions de pèlerins), de Rosario et de Santa Fe méritent le détour pour leurs musées, leur églises et leurs bâtiments coloniaux.

Les chutes de l’Iguazú

Situées dans le P arque Nacional Iguazú, à proximité de Puerto Iguazú, ces chutes spectaculaires coulent au confluent de l’Iguazú et du Paraná. Près de 5 000 m² d’eau par seconde se jettent d’une hauteur de 70 m. L’endroit servit de cadre au tournage du film Mission et les vestiges des anciennes missions jésuites voisines drainent de nombreux visiteurs. À noter en particulier, l’église San Ignacio Miní, de style « baroque guarani ». On peut pratiquer le canoë, le kayak et d’autres sports nautiques au pied des chutes. Le parc environnant (55 000 ha), constitué de forêt vierge, abrite une faune et une flore abondantes que l’on découvre lors d’intéressantes randonnées guidées.

A voir également....

,

Les commentaires sont clos.